Passer au contenu principal

Défis du «monde d’après» à LausanneLe réchauffement n’est (presque) plus ignoré

De gauche à droite, chaque formation a ses solutions pour la durabilité. Enjeu central pour les uns, imbriqué pour les autres.

En janvier 2019, la première grande manifestation des jeunes contre le réchauffement a ébranlé les esprits. Les partis ont élaboré leurs recettes pour soigner le climat, avec plus ou moins de volontarisme.
En janvier 2019, la première grande manifestation des jeunes contre le réchauffement a ébranlé les esprits. Les partis ont élaboré leurs recettes pour soigner le climat, avec plus ou moins de volontarisme.
KEYSTONE/Jean-Christophe/A

L’après-Covid devra-t-il privilégier l’essor économique ou le défi climatique? Dans les programmes, les partis lausannois abordent ainsi le «monde d’après». Petit exercice de classement de ceux qui sont plus ou moins «chauds pour le climat».

La lutte contre le réchauffement a ses variations.
La lutte contre le réchauffement a ses variations.
Isabelle Caudullo

L’UDC veut des accès

Les agrariens fustigent l’«hystérie anti-voiture». Ils veulent mettre la priorité sur la possibilité de se déplacer en ville, selon les désirs des habitants. Il faut laisser libres de mouvements les personnes à mobilité réduite, les proches aidants, les personnes âgées. S’il milite pour les transports publics gratuits le samedi et pour les activités de proximité, le parti fustige le «développement anarchique» des pistes cyclables.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.