Passer au contenu principal

Elections communales 2021Le retrait des syndics «historiques» crée un appel d’air inédit

Souvent peu disputée, la course aux municipalités des grosses communes du district suscite de nombreuses convoitises cette année. Avec un renouvellement important déjà assuré à Lonay, Saint-Prex et Aubonne.

Neuf candidats se bousculent à Saint-Prex pour succéder au syndic Daniel Mosini, comme dans plusieurs communes importantes du district où les syndics sont presque tous sur le départ.
Neuf candidats se bousculent à Saint-Prex pour succéder au syndic Daniel Mosini, comme dans plusieurs communes importantes du district où les syndics sont presque tous sur le départ.
Alexandre Grieu

Dans le district de Morges, il n’y a pas de confrérie des syndics en exercice, mais à force de voir toujours les mêmes têtes dans les assemblées et les comités directeurs des associations intercommunales, on en avait fini par oublier qu’elles n’étaient pas éternelles. Ce n’est pas leur faire offense de parler de poids lourds en évoquant Luc-Étienne Rossier (Aubonne), Philippe Guillemin (Lonay), Daniel Mosini (Saint-Prex) ou encore Salvatore Guarna (Tolochenaz).

La question, lundi lors du dépôt des listes, était de dès lors de savoir si la «relève» était avide de se jeter sur ces places enfin disponibles ou si ces départs simultanés allaient au contraire laisser un vide. C’est assurément le premier scénario qui l’emporte, avec onze candidats pour cinq places à Aubonne, dix à Saint-Prex, huit à Lonay et le record pour Tolochenaz avec 14 prétendants!

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.