Passer au contenu principal

Cri d’alarme du corps médical«Le rôle des médecins de premier recours est sous-estimé»

Le président des médecins vaudois Philippe Eggimann lance un appel face à la deuxième vague de Covid-19: les cabinets médicaux sont ouverts et peuvent éviter l’engorgement de notre système de santé.

Philippe Eggimann, infectiologue et président de la Société vaudoise de médecine.
Philippe Eggimann, infectiologue et président de la Société vaudoise de médecine.
Florian Cella/24Heures

Vous craignez, comme ce fut le cas lors de la première vague de la pandémie, que la population évite les cabinets médicaux de peur d’engorger le système ou d’attraper le coronavirus. Observez-vous une telle tendance avec l’arrivée de la deuxième vague?

Pas pour l’instant, mais le risque existe que certains patients, en particulier âgés, se replient sur eux-mêmes. Lors de la première vague, les injonctions des autorités ont été mal interprétées, une partie importante de la population a pris peur et a cessé de se rendre chez le médecin. Or, on a vu les conséquences désastreuses que peut avoir le délai de la prise en charge de certaines pathologies.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.