Passer au contenu principal

Communales à La Tour-de-PeilzLe secrétaire général de l’UDC Vaud est candidat à la Muni

Avec ces deux candidatures de combat, le parti espère négocier le report de ses voix au 2e tour, l’alliance de 2016 avec le PLR n’ayant pas porté ses fruits

Nicolas Fardel, secrétaire général de l’UDC Vaud, et José Espinosa, technicien en bureautique, sont tous deux candidats à l’Exécutif de La Tour-de-Peilz sous la bannière UDC.
Nicolas Fardel, secrétaire général de l’UDC Vaud, et José Espinosa, technicien en bureautique, sont tous deux candidats à l’Exécutif de La Tour-de-Peilz sous la bannière UDC.
DR

«Nous avons le souhait de renverser cette majorité!» souligne Nicolas Fardel. Pourtant, comme son colistier José Espinosa, il n’est pas dupe: l’élection à la Municipalité de La Tour-de-Peilz, où les deux hommes sont candidats (UDC), sera «compliquée» pour eux dans ce fief PLR.

Mais ils souhaitent au minimum négocier le report de leurs voix au 2e tour, afin de reprendre un peu d’ascendant sur leurs «cousins» PLR, alors que l’alliance conclue lors de la dernière législature avec le centre droit ne leur avait pas été profitable: «Le PLR vient chercher un appui à l’UDC lorsqu’il a besoin d’un coup de main, mais le contraire ne se passe jamais», constate José Espinosa.

Une liste commune ne leur avait pas non plus été favorable lors de l’élection à la Municipalité de 2016: «Malgré un certain nombre de votes compacts, j’étais celui qui avait obtenu le moins de voix derrière les trois PLR et le candidat PDC», rappelle Nicolas Fardel.

«Vieux» briscards du Conseil

Ce dernier, à 27 ans, comptabilise déjà pas mal d’heures au compteur politique. Entré au Conseil en 2013, il a été chef de son groupe, avant de le quitter en 2018 à la suite de dissensions avec le président d’alors. Conservateur qui se revendique comme tel, le secrétaire général de l’UDC Vaud est membre de l’ASIN et de ProTell, l’association pro armes.

Pour sa commune, les axes prioritaires définis par son parti sont: «D’abord, le renforcement sécuritaire – j’avais déposé un postulat pour la pose de caméras de surveillance. Nous souhaitons sortir de l’ASR (ndlr: association qui gère la police de la Riviera), qui ne nous bénéficie pas et nous coûte. Ensuite, nous voulons garantir des places de parc en suffisance, dont certaines gratuites le week-end. Enfin, nous voulons renforcer l’économie et les associations locales.»

«Patriote»

José Espinosa, 59 ans s’affirmant «patriote», insiste, lui, sur «le bien-être» de ses concitoyens: «Cela comprend la sécurité et la tranquillité, et qu’on arrête d’augmenter les impôts pour des dépenses inutiles.» En ligne de mire, le projet de restaurant dans le donjon du château.

Hispano-Suisse résidant depuis plus de cinquante ans à La Tour, José Espinosa siège depuis dix-sept ans au Conseil et a été pompier pendant trente-cinq ans. «Pareil engagement, c’est du socialisme!» plaisante ce technicien en bureautique, qui estime partager certaines idées avec la gauche, se disant notamment ouvert à une Maison des Jeunes. «Il y a du bon et du mauvais des deux côtés, l’important est de discuter ensemble dans l’intérêt de la commune.»