Passer au contenu principal

Étude de l’Université de BerneLe sommeil paradoxal contrôle le comportement alimentaire

Des chercheurs bernois ont étudié les liens entre le sommeil profond et notre manière de nous alimenter.

L’activité de cellules du cerveau peut être supprimée par des impulsions lumineuses.
L’activité de cellules du cerveau peut être supprimée par des impulsions lumineuses.
Pascal Gugler/Insel Gruppe

«Qui dort dîne». L’expression, qui daterait du Moyen Âge, signifie que le sommeil remplace la nourriture. Ou alors, pour les plus gourmands, que le sommeil se contente de faire oublier la faim. Bref, quoi qu’il en soit, des chercheurs de l’Université de Berne se sont penchés sur les liens entre le sommeil profond et notre manière de nous alimenter.

Pendant le sommeil paradoxal, une étape de sommeil particulière au cours de laquelle la plupart des rêves se produisent, des circuits cérébraux spécifiques montrent une activité électrique très élevée, comme les zones qui régulent les fonctions de mémoire ou celles qui régulent les émotions, par exemple.

L’hypothalamus latéral à la baguette

L’hypothalamus latéral, une structure cérébrale minuscule et bien conservée évolutivement chez tous les mammifères, montre également une activité élevée pendant le sommeil paradoxal. Pendant l’éveil, les neurones de cette région cérébrale orchestrent l’appétit et la prise alimentaire. Ils sont également impliqués dans la régulation des comportements motivés, et par conséquent associés aux problèmes de dépendance (aux drogues, par exemple).

L’équipe dirigée par le professeur Antoine Adamantidis a découvert que certains comportements neuronaux qui signalent généralement une alimentation chez la souris éveillée se retrouvent lorsque les animaux sont en sommeil paradoxal. Ce qui revient à dire que ce n’est pas seulement la quantité de sommeil mais aussi sa qualité qui influent notre alimentation. Dormir en suffisance, mais surtout bien dormir, est donc essentiel si on veut éviter que la balance fasse le yo-yo et maintenir son poids de forme.