Passer au contenu principal

Après la décision du Canton de BerneLe sport suisse vit dans la peur d’une peine capitale

Si à Genève et à Lausanne on peut toujours accueillir plus de deux tiers de la capacité des stades et des patinoires, les autorités bernoises font trembler tous les clubs helvétiques.

La crainte de tous les clubs suisses de football et de hockey: jouer devant des tribunes quasi désertes.
La crainte de tous les clubs suisses de football et de hockey: jouer devant des tribunes quasi désertes.
keystone

Après le coup de tonnerre provoqué dimanche par la décision du Canton de Berne d’interdire à nouveau les rassemblements de plus de 1000 personnes, c’est tout le pays qui se remet à trembler pour ses clubs sportifs. Dicté par l’avancée du virus, le verdict a tout d’une peine capitale pour de nombreux dirigeants qui, dans les patinoires ou dans les stades, se demandent bien comment ils vont pouvoir se relever du nouveau coup de massue. «Déçus, fâchés et consternés», les Young Boys et le CP Berne ont adressé une lettre ouverte à leurs autorités cantonales.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.