Passer au contenu principal

Crise sanitaireLe SSP appelle à la mobilisation du personnel soignant

Le Syndicat des services publics vaudois demande la revalorisation des professions qui sont en première ligne contre la pandémie.

Image d’illustration
Image d’illustration
DR

Le personnel de la santé est en première ligne face à la pandémie du Covid-19. Mais ces professions sont mal valorisées par les pouvoirs publics, selon le SSP. Le Syndicat des services publics appelle donc à la mobilisation. Dans un communiqué de presse diffusé mardi, il invite l’ensemble du personnel des EMS, des CMS, des hôpitaux et du CHUV à participer aux assemblées générales en vue de mener une journée d’actions et de grève le 24 septembre, suivie d’une manifestation «massive» le 26 septembre à Lausanne.

«Le personnel de la santé vaudoise s’est mobilisé comme jamais ces derniers mois dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, relève le syndicat. La population ne s’y est pas trompée, marquant sa reconnaissance chaque soir par des applaudissements nourris sur les balcons. Le discours politique était alors unanime: le personnel de la santé doit être mieux reconnu, ses métiers revalorisés et ses attentes et la pénibilité du travail mieux prises en compte.» Or, depuis, le SSP observe un silence radio de la part du Conseil d’État.

Le syndicat revendique une augmentation des effectifs dans tous les secteurs des soins. «Les HUG annoncent 350 embauches dès cet automne. Dans le canton de Vaud, le Conseil d’État n’a même pas répondu à nos propositions concernant un tel plan d’investissement», écrit le SSP.

La question de la revalorisation salariale des infirmières, qui a fait l’objet d’une pétition lancée lors de la Grève des femmes le 14 juin en 2019, est aussi sur la table.

Le personnel de la santé a également vu ses droits suspendus pendant la période du coronavirus. Une demande de «compensation», une sorte de prime Covid, a été adressée au Conseil d’État par le syndicat. Mais elle est restée lettre morte, pour l’instant.

La nouvelle grille salariale du secteur de la santé parapublique doit également être pleinement appliquée et financée, selon les revendications du SSP.