Passer au contenu principal

Promotion LeagueLe Stade Nyonnais lance sa saison à Bavois

Enfin! Privés de victoire lors de leurs cinq premières sorties de l’exercice, les hommes d’Anthony Braizat se sont imposés 0-3 aux Peupliers.

Astor Kilezi a mis le Stade Nyonnais sur les bons rails samedi aux Peupliers.
Astor Kilezi a mis le Stade Nyonnais sur les bons rails samedi aux Peupliers.
Astor Kilezi a mis le Stade Nyonnais sur les bons rails samedi aux Peupliers.
Jean-Luc Auboeuf

Il y avait quelque chose de trompeur à voir arriver le Stade Nyonnais dans la peau de l’outsider à Bavois. Le premier a vécu un début de championnat bien au-dessous de ses attentes, le second loin au-dessus des siennes, reste qu’on ne peut pas placer Nyonnais et Bavoisans dans la même catégorie. L’un vise du reste ouverture le podium de la Promotion League, tandis que l’autre n’a d’autre ambition que de résister, saison après saison, au milieu de formations pour la plupart bien mieux loties que lui.

Il y avait, aussi, quelque chose de cocasse à voir Astor Kilezi prendre le meilleur sur Robin Enrico à la 7e minute déjà et donner l’avantage aux Jaune et Noir. Pourquoi? Déjà parce que le gardien nord-vaudois avait ramené à lui tout seul ou presque la victoire de la Fontenette (0-1 contre Etoile Carouge) le week-end dernier, dégoûtant nonante minutes durant les attaquants genevois. Ensuite parce qu’Astor Kilezi n’avait pas exactement laissé un souvenir impérissable aux Bavoisans lors de son passage aux Peupliers. Sauf qu’aujourd’hui, l’ancien buteur de Neuchâtel Xamax est à Nyon, et qu’il avait comme une revanche à prendre.

Nyon, ça peut aller très vite

Sur ce coup, il faut saluer la très jolie sortie de balle des hommes d’Anthony Braizat. Bavois a perdu un ballon à l’orée de la surface adverse est tout est allé très vite ensuite, grâce notamment à la vitesse d’exécution de Shaho Maroufi et d’Adler Da Silva en transition. Si bien que Robin Enrico n’a pas eu la moindre chance de s’interposer. Quoi qu’il en soit, cette réussite a fait beaucoup de bien aux Stadistes, tellement fragilisés par l’enchaînement d’événements négatifs qui les ont frappés.

Cela ne veut pas dire que Quentin Guyon et ses coéquipiers ont eu la tâche aisée à partir de là. Les Bavoisans n’ont plus tout à fait le dévouement qui les caractérisait ces dernières années, mais la troupe de Bekim Uka a bien d’autres arguments à faire valoir. Alessandro Ciarrocchi, qui n’a pas manqué de prendre à sa charge le sale boulot et qu’on aime assez dans son rôle à la pointe de l’attaque, a d’ailleurs bien failli répliquer dans la foulée. Mais son coup de tête manquait de direction pour tromper un Maxime Brenet parfait samedi.

Le début des choses sérieuses?

Parce que Bavois ne peut pas prétendre remporter tous ses duels face aux cadors, il a séché face au Stade Nyonnais. Les tentatives de Daniel Titie et Marco Misic n’étaient pas assez tranchantes pour égaliser et Nyon, logiquement, a fini par faire la différence grâce à une frappe d’Adler Da Silva (63e). Bruno Caslei a clos la marque dans les arrêts de jeu (0-3, 96e). Le manque de confiance est encore bel et bien palpable dans les rangs jaunes et noirs, mais cette équipe possède assurément les qualités pour s’installer en-haut de tableau. Avec le Stade, la question était simplement de savoir quand les choses sérieuses démarreraient. Et si c’était samedi?

Bavois - Stade Nyonnais 0-3 (0-1)

Terrain des Peupliers, 198 spectateurs. Arbitre: Simona Ghisletta.

Buts: 7e Kilezi 0-1; 63e Da Silva 0-2; 96e Caslei 0-3.

Bavois: Robin; Kurtic (68e Djalo), Zali, Bühler, Titie; Iseni (68e Bueche), Ivanov (86e Bozic), Lo Vacco (61e Qela); Alvarez, Ciarrocchi, Misic (68e Begzadic). Entraîneur: Bekim Uka.

Nyon: Brenet; Pos, Kadima, Baron, Vumbi; Guyon; Ombala (77e Gazzetta), Portelinha (56e Caslei), Maroufi, Da Silva; Kilezi (66e Nsiala). Entraîneur: Anthony Braizat.

Avertissements: Baron (20e, antijeu), Caslei (81e, antijeu), Vumbi (89e, antijeu).