Passer au contenu principal

NouveautéLe SUV Opel Mokka joue la carte de l’originalité

Premier modèle conçu par PSA, ce nouveau venu est totalement différent de la version précédente. Plus court de 13 cm, il annonce le nouveau look de la marque allemande.

Le nouvel Opel Mokka, plus court de 13 cm, offre une ligne vraiment originale. À gauche, la version thermique;à droite, l’électrique. 
Le nouvel Opel Mokka, plus court de 13 cm, offre une ligne vraiment originale. À gauche, la version thermique;à droite, l’électrique. 
OPEL

Le nom Mokka, voilà tout ce qui reste du petit SUV d’Opel lancé sous la direction de General Motors. Depuis, la marque allemande a été absorbée par le groupe PSA qui commence à recréer une gamme.

Le travail a débuté en élaborant une nouvelle identité visuelle sous l’appellation Vizor. Elle se caractérise par une calandre élargie en forme de bandeau incorporant les projecteurs et les LED. Cette vision contemporaine rappelle l’Opel Manta lancée au début des années 70. Sa large calandre grillagée se prolongeait de chaque côté par deux phares tout ronds.

PSA a remis l’ouvrage sur le métier en adoptant la plate-forme maison CMP et en raccourcissant ce Mokka de 13 cm, ce qui n’est pas rien. Il apparaît donc plus râblé, plus compact, à la ligne associant arrondis et arêtes. Le hayon arrière est vertical tout en offrant des cassures horizontales.

Une planche de bord entièrement numérique

L’habitacle se veut convivial, finitions soignées, matériaux agréables, sièges bien dessinés. Les passagers arrière ne disposent certes pas de l’espace d’une limousine, mais en famille, ce sont les enfants qui occupent ces places.

Le conducteur dispose d’une planche de bord totalement tournée vers lui, ce qui peut chagriner le passager avant. Il dispose d’un cockpit entièrement numérique que le marketing nomme «Pure panel».

Il se compose de deux larges écrans dont un tactile de 12 pouces (7 sur les finitions inférieures) à portée de la main droite. Cela a permis de diminuer le nombre de boutons, rendant nettement plus accessible cette planche de bord futuriste.

Le volume de chargement (modulable) de ce Mokka reste très honorable pour le segment, même si la version électrique perd une quarantaine de litres, batteries obligent.

Quatre motorisations, dont une électrique

Le nouveau venu hérite de quatre motorisations, deux essence, une diesel et une électrique (voir encadré avec les prix). À la base, le trois-cylindres turbo qui se décline en deux puissances, 100 et 130 ch.

Ce dernier est également disponible avec une boîte automatique à huit rapports. Les ingénieurs proposent une version diesel, dont on ne voit pas la réelle utilité, en tout cas sur le marché suisse.

En revanche, ils n’ont pas manqué de concocter un modèle 100% électrique. Il est doté d’une batterie de 50 kWh et d’un groupe développant 136 ch. Les performances sont honnêtes, vitesse maximale limitée à 150 km/h et les 100 km/h atteints en 9 secondes. Son autonomie officielle, en norme WLTP, se situe entre 307 et 332 km.

Lors de l’essai réalisé dans la région biennoise, l’autonomie réelle n’a pas pu être établie, mais le Mokka a rempli sa tâche avec efficacité. Il confirme ses talents sur les parcours urbains et ne rechigne pas lorsque les méandres de la route vous mènent au sommet d’une petite montagne.

Ce fut l’occasion de se réjouir d’un comportement très neutre en virages serrés, d’une agilité indéniable dans les passages plus difficiles. Ajoutons un confort de suspension excellent pour ce segment, doublé de sièges qui participent à cette réussite grâce à une tenue latérale efficace.