Passer au contenu principal

PolitiqueLe syndic de Rolle divorce du Parti socialiste

Denys Jaquet siège désormais en indépendant à la Municipalité. L’élu très engagé sur le thème de la facture sociale était en porte-à-faux avec son parti.

Denys Jaquet a souhaité prendre du recul avec son parti, alors qu’il s’apprête à mener bataille sur la facture sociale.
Denys Jaquet a souhaité prendre du recul avec son parti, alors qu’il s’apprête à mener bataille sur la facture sociale.
Odile Meylan/Archives

«Ça faisait un moment qu’on se demandait pourquoi il n’avait pas pris la carte du PLR», rigole Christian Hay, le porte-parole de la section locale du parti de centre droit, en apprenant que Denys Jaquet, syndic de Rolle, quittait le Parti socialiste. Le divorce entre l’élu et sa formation n’est qu’une demi-surprise.

Annoncée mercredi matin dans un communiqué commun, la séparation se fait en douceur et en toute intelligence. «Les bonnes relations entre M. Jaquet et le PS Rolle garantissent une transition marquée par
la collaboration et la solidarité, qui ont toujours caractérisé l’un et l’autre», peut-on y lire. Membre du PS depuis 2004, le syndic souhaite prendre du recul. «Après toutes ces années de collaboration, nous ne pouvons que respecter son désir», précise de vive voix Margareth Ruchti, porte-parole de la section locale.

Il n’empêche, le départ de Denys Jaquet à une année de la fin de la législature est tout sauf anodin. Depuis plusieurs mois, l’élu est porte-à-faux avec son parti sur la question de la facture sociale. Après avoir incarné avec son collègue de Crans la colère des municipalités de l’Ouest vaudois contre cette charge cantonale qui met à mal les finances communales, il vient de rejoindre le comité d’initiative «pour une juste répartition de la facture sociale».

Besoin de «liberté»

«J’avais besoin de retrouver une certaine liberté dans ce cadre-là», reconnaît le syndic de Rolle, qui est à l’origine de la séparation. Il précise par ailleurs n’avoir subi aucune pression ni censure de la part de son parti.

Reste que le divorce le met dans une situation difficile au cas il aurait envie de poursuivre son engagement au sein de la Municipalité. Une candidature comme indépendant est-elle envisagée? «Dans un premier temps, il faudra que je me décide si je me présente ou non. Cette décision sera prise à la fin de l’année. Ensuite tout est ouvert.»

Denys Jaquet avait siégé pendant douze ans à la Municipalité et ne s’était pas représenté lors des dernières Communales. Il était sorti de sa retraite politique quelques mois plus tard, quand le PS était venu le chercher pour remplacer le syndic de l’époque qui avait dû démissionner pour des raisons de santé. Il avait gagné la complémentaire en décembre 2016 et avait été élu ensuite tacitement à la syndicature.