Passer au contenu principal

Forte pression sur les écolesLe Syndicat des services publics sonne l’alerte face à la pandémie

La crise du coronavirus provoque un épuisement du personnel enseignant, selon une enquête du SSP réalisée auprès de 1200 professionnels. Le syndicat appelle à des mesures de soutien.

Pour 87% des enseignants qui ont répondu au sondage du SSP, la charge psychologique a augmenté au cours de l’année scolaire. (Photo d’illustration)
Pour 87% des enseignants qui ont répondu au sondage du SSP, la charge psychologique a augmenté au cours de l’année scolaire. (Photo d’illustration)
Keystone/Urs Flueeler

Le contexte de la pandémie exerce une forte pression sur les écoles, confirme une enquête du Syndicat des services publics (SSP). L’épuisement du personnel enseignant augmente et le nombre d’élèves qui décrochent est alarmant. Des mesures de soutien s’imposent.

Pour 87% des enseignants qui ont répondu au sondage du SSP, la charge psychologique a augmenté au cours de l’année scolaire. Et si 81% estiment avoir pu suivre pour l’essentiel le plan d’études, c’est au prix d’un investissement beaucoup plus important.

Pour 59% des répondants, la satisfaction au travail a diminué. Et 31% affirment même que leur santé s’est dégradée en 2020. Les élèves font également les frais de la situation. Ainsi, 64% des sondés jugent que certains ont encore besoin de rattrapage depuis le confinement du printemps dernier.

Les moyens manquent

Face à ce tableau inquiétant, les moyens manquent. En Suisse romande, les enseignants ne sont que 46% à dire que des mesures supplémentaires ont pu être mises en place dans leur école pour offrir un rattrapage aux élèves. En Suisse alémanique, ce taux tombe même à 13%.

Enfin, si 54% se sentent suffisamment soutenus par leur direction, seuls 17% se déclarent suffisamment épaulés par les autorités cantonales.

Près de 1200 enseignants ont répondu à l’enquête réalisée par le SSP en décembre 2020 et janvier 2021 en Suisse alémanique et en Suisse romande.

Actions nécessaires

Pour le SSP, il est nécessaire d’agir dans plusieurs domaines. Ainsi, tout nouveau passage au télé-enseignement doit être accompagné de mesures fortes pour aider les élèves à ne pas décrocher.

La question d’un allègement des objectifs à atteindre et d’une diminution du nombre minimum de tests et d’évaluations avec notes ne peut en outre plus être laissée sous le tapis. Une plus grande attention doit aussi être accordée à l’état psychologique des élèves et aux conséquences à long terme de la crise actuelle. Les écoles doivent recevoir des ressources supplémentaires à cette fin.

Un plan contre la surcharge et l’épuisement professionnel des enseignants doit être mis en place. Beaucoup d’enseignants estiment enfin qu’ils devraient avoir un accès prioritaire au vaccin.

ATS

47 commentaires
    Gaston Lagaffe

    L'épuisement du personnel enseignant n'est pas une nouveauté, loin de là... COVID ne fait qu'en rajouter une couche. Mais cet épuisement est principalement dû aux parents qui n'éduquent plus leurs enfants depuis longtemps, en croyant que l'éducation est le rôle de l'école. Or, rien n'est plus faux ! L'éducation des enfants est, et a toujours été, le rôle des parents ! Quant à l'école, son rôle, c'est l'instruction. Seulement voilà... depuis une bonne vingtaine d'années est apparu le problème des "enfants-rois", à qui les parents ne savent plus dire "non"... problème qui est probablement dû au fait que beaucoup de parents veulent continuer à vivre comme avant qu'ils aient des enfants, en ignorant volontairement les sacrifices que ces derniers peuvent impliquer. Or, cela a un coût financier pour eux et ils se retrouvent à être obligés de travailler tous les deux pour financer tout cela, se retrouvant obligés du même coup de laisser leurs enfants en crèche ou en garderie dès leur plus jeune âge. Dès lors, n'ayant plus beaucoup de temps à passer avec leurs enfants, ils ne savent plus leur dire "non" quand il le faudrait... démission devant de fausses contraintes auto-infligées ? probablement... mais il est clair que cela alourdit grandement la tâche du personnel enseignant ! Alors, si on ajoute COVID... cela peut vite devenir ingérable !

Articles en relation