Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

L’invitéeLe télétravail ou l’histoire d’un revirement spectaculaire

«Les femmes ont encore tendance à envisager en premier lieu une baisse de leur pourcentage d’activité lorsque qu’elles ont des enfants»

Pas de retour en arrière

2 commentaires
Trier:
    Jacques Gaillard

    Une mienne nièce vivant dans un pays vraiment confiné (une heure de sortie par jour maximum, ticket de caisse en poche pour prouver l'heure à laquelle elle avait fait ses achats) a vécu l'expérience du télétravail avec deux enfants en bas âge. Précisons que son mari est en déplacement en différents points du pays à 400 ou 500 km toute la semaine et que sa mère était bloquée par le même confinement à 200 km. de là: personne pour l'aider.

    En gros, ça a été: de 6 à 21 heures, enfants, ménage, nettoyage, repas etc. avec trois ou quatre heures de télé-travail parsemées ci et là comme elle pouvait, et de 21 heures à une heure du matin suivant, le solde des heures de travail qu'elle devait à son employeur. Et le lendemain à 6 heures… À la fin de l'exercice (11 semaines), elle était "à ramasser à la petite cuillère", la pauvre.

    Alors Madame Piron a globalement raison, mais il faudra faire quelques aménagements complémentaires. Sinon, j'imagine mal la vraie progression professionnelle promise par le télétravail pour les jeunes mères.