Passer au contenu principal

Sur les planchesLe théâtre en un peu plus de 400 coups

L’artiste et pédagogue Gérard Diggelmann publie sa «Méthode complète de théâtre», riche de 450 exercices.

Gérard Diggelmann a fondé son école de théâtre en 1981 à Lausanne.
Gérard Diggelmann a fondé son école de théâtre en 1981 à Lausanne.
ODILE MEYLAN

«J’étais persuadé que tout devait commencer par «marcher regarder écouter donner recevoir». Cinq verbes comme autant de mantras d’une méthode de jeu, sur une scène. Gérard Diggelmann, fondateur de l’école de théâtre du même nom à Lausanne, a passé des années à peaufiner sa méthode, expérimentée, explorée par des dizaines d’enfants, adolescents et jeunes adultes. «Je voulais créer pour eux un cadre sécurisant, dans lequel ils pourraient être guidés et aidés à déployer tout ce que leur personnalité pouvait offrir à un travail dirigé vers le théâtre», écrit l’artiste et pédagogue dans sa «Méthode complète de théâtre», parue aux Éditions Loisirs et Pédagogie

«Enseigner le théâtre et faire du théâtre est un questionnement sans fin, un désir permanent d’aller à la rencontre de l’humain»

Gérard Diggelmann, artiste et pédagogue

Riche de 450 exercices pratiques déclinés en quatorze thèmes, l’ouvrage retrace des années de pétrissage de la matière théâtrale. À partir des cinq verbes formant le cœur de sa méthode, Gérard Diggelmann a guidé ses élèves vers l’exploration de leur palette d’émotions. Il observe: «À force d’exercices, les élèves arrivaient à jouer le trouble, la fragilité et l’instabilité du personnage.» Par la suite, d’autres thèmes se sont greffés: les tempéraments, la parole, les silences. «Je disséquais, observais les réponses que les élèves m’offraient. Je prenais des notes et je continuais ainsi ma recherche passionnée.»

L’an dernier, Gérard Diggelmann indiquait les pistes de sa méthode dans «L’acteur, le jeu, le théâtre». Aujourd’hui, il en donne les clés, accessibles à tous. Un rôle de passeur, mais pas seulement: «Enseigner le théâtre et faire du théâtre est un questionnement sans fin, un désir permanent d’aller à la rencontre de l’humain.»