Passer au contenu principal

Espace Le tir de la fusée Vega reporté à la mi-août

Evoquant des vents toujours défavorables, Arianespace a reprogrammé pour la cinquième fois le lancement de la fusée européenne.

La mission VV16 est cruciale pour l'Europe, qui doit effectuer son premier lancement de vol groupé, en plaçant en orbite basse une multitude de petits satellites.
La mission VV16 est cruciale pour l'Europe, qui doit effectuer son premier lancement de vol groupé, en plaçant en orbite basse une multitude de petits satellites.
KEYSTONE/Archives

Le tir de la fusée européenne Vega, premier «charter» de l'espace pour les Européens, déjà reporté plusieurs fois à cause de conditions météo particulièrement défavorables, est reprogrammé pour le 17 août depuis Kourou en Guyane française, a annoncé mercredi Arianespace.

Situation météo «inédite»

Il s'agit du cinquième report du tir de ce lanceur léger, déjà victime d'une défaillance l'été dernier: un premier en mars à cause de l'épidémie de coronavirus, puis trois de suite en 10 jours à la fin juin, en raison de forts vents d'altitude au-dessus du Centre spatial guyanais, empêchant un lancement en direction du Nord, vers l'orbite polaire.

«Aucune amélioration de la situation météorologique n'étant attendue à court terme, Arianespace a décidé de reporter le lancement de la mission VV16 au 17 août, date à laquelle les modèles de vent observés sont plus favorables», explique Arianespace, l'opérateur, dans un communiqué.

Ces modèles prédisent que les vents vont s'amplifier dans les jours qui viennent, et qu'aucune amélioration n'est à espérer avant le 15 août, a-t-on précisé chez Arianespace.

«Des vents défavorables sur une période aussi longue, c'est inédit», a-t-on ajouté, précisant que les reports n'étaient pas liés à l'épidémie de Covid-19 qui frappe actuellement durement la Guyane.

Le temps sera «mis à profit pour recharger les batteries du lanceur et des satellites dans toutes les conditions de sécurité requises», détaille Arianespace.

Mission cruciale

La mission VV16 est cruciale pour l'Europe, qui doit effectuer son premier lancement de vol groupé, en plaçant en orbite basse une multitude de petits satellites.

Cette «grappe» est constituée de sept petits satellites (pesant entre 15 et 150 kilos), ainsi que de 46 nano-satellites, dont certains, de la taille d'une boîte de chaussures, ne pèsent que 300 grammes. Ses applications vont de l'observation de la Terre à la météorologie, en passant par les télécommunications.

D'autres lanceurs dans le monde, notamment ceux de l'Américain SpaceX, se sont déjà lancés sur ce nouveau marché qui se développe à toute vitesse, très prisé des clients car moins coûteux. «C'est le premier charter de l'espace», a expliqué Stéphane Israël, président exécutif d'Arianespace, sur RTL.

«Nous allons standardiser l'accès à l'espace pour les petites charges utiles qui vont pouvoir ‹prendre le métro au lieu de prendre un taxi individuel'", avait expliqué à l'AFP Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial européen de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Vega, fusée fabriquée en Italie et présentée comme la «petite soeur» d'Ariane, avait connu une défaillance à l'été 2019, qui avait entraîné sa destruction, par précaution.

Le vol Ariane 5 prévu le 28 juillet prochain, vers l'orbite géostationnaire au profit d'Intelsat et BSAT, est confirmé, précise Arianespace.

ATS/NXP