Passer au contenu principal

Procès à LausanneLe tribunal acquitte le psychiatre accusé par d’ex-patientes

Les juges estiment que le spécialiste n’a pas violé les deux femmes en abusant de leur détresse.

Les juges ont estimé que le psychiatre, ici avec son avocat, Me Loïc Parein, n’a pas joué de son statut pour abuser ses ex-patientes.
Les juges ont estimé que le psychiatre, ici avec son avocat, Me Loïc Parein, n’a pas joué de son statut pour abuser ses ex-patientes.
Patrick Martin

Daprès le Tribunal correctionnel de Lausanne, le psychiatre accusé par deux ex-patientes ne s’est pas rendu coupable de viol. Il na pas non plus abusé de leur détresse. Au cœur de laffaire, il y avait une série de rapports sexuels, après la fin de leur thérapie, alors quelles avaient repris contact avec le médecin et se rendaient dans son cabinet pour partager un café.

Dun côté, le prévenu contestait avoir usé de son statut et de son ascendant psychique. Il expliquait avoir toujours senti des envies réciproques, notamment à travers les nombreux e-mails échangés avec les deux femmes. Il évoquait des relations fortes et situées hors du contexte thérapeutique. De lautre, le Ministère public et la partie plaignante soutenaient quil avait au contraire profité de la «situation de détresse et de dépendance» de ses ex-patientes, dont il connaissait parfaitement le fonctionnement et chez qui il avait diagnostiqué un trouble de la personnalité borderline. Le Ministère public demandait dix-huit mois de prison avec sursis.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.