Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Lutte contre la pandémieLe vaccin de rappel vise 3 catégories, alors que les cas montent

La priorité absolue pour la dose de rappel est réservée aux personnes ayant plus de 65 ans.

Semaine de vaccination

Poursuivre les efforts

Crainte de surcharge des hôpitaux

ATS

130 commentaires
Trier:
    Essi

    Il a été démontré statistiquement pour la France que hiver après hiver, la baisse de température est défavorable aux plus faibles, surtout les plus âgés. Année après année, c'est le pic des décès. Depuis les années 70, on a des données précises, et on voit que la courbe des décès suit la courbe des températures de manières si claire, que ce ne peut être un effet du hasard, étant entendu que le nombre de décès doit être mis en lien avec l'augmentation de la population. La courbe montre aussi le pic de chaleur en 2013. Aucune propagation exponentielle ne peut être mise en évidence par ces chiffres (données officielles), et on verrait cela si les chiffres doublaient sans arrêt (cf 8, 16,32,64,128, 256, 512...). Mais ce n'est pas le cas, et quand on dit 300 morts pour un jour, c'est complètement dans la norme des décès quotidiens. Ce serait inquiétant si on passait à 1024, puis 2048, puis 4096, mais ce n'est jamais le cas. 2020 n'a de loin pas été la pire mortalité depuis 1970.

    A partir de là, on peut se demander si la hausse est due à la propagation d'un virus hivernal, ou à la dégradation de l'état de santé général à cette saison. Les conclusions sont très différentes: protégez les voisins, isolez-vous, confinez-vous, portez un masque, dans le cas d'un virus, ou prenez soin de vous, mangez bien, faites du sport, sortez, ayez de la joie.

    Source: Pierre Lecot, mortalité hivernale et propagation virale