Passer au contenu principal

Crise du coronavirusLe vaccin suisse qui s’adaptera aux mutations du Covid

La société bâloise RocketVax met au point un vaccin basé sur un coronavirus synthétique. Sa durée sera d’un an au minimum, contre trois à quatre mois pour les vaccins de première génération, et il ne provoquera aucun effet secondaire.

Les recherches de RocketVax, actuellement en laboratoire, seront testées sur des animaux, avant les êtres humains durant le premier semestre 2021.
Les recherches de RocketVax, actuellement en laboratoire, seront testées sur des animaux, avant les êtres humains durant le premier semestre 2021.
DR

Plus de cinquante laboratoires de par le monde se livrent à une course effrénée pour mettre au point un vaccin anti-Covid le plus rapidement possible. Les méthodes diffèrent, mais tous travaillent sur un sérum dit de première génération. À Bâle, une poignée de chercheurs pense à l’après. La société Swiss Rockets, fondée par Vladimir Cmiljanovic, CEO, et sa sœur Natasa vient de créer la filiale RocketVax, au sein de laquelle s’élabore le vaccin de la génération d’après.

Technologie unique au monde

Celui-ci s’appuie sur une technologie unique au monde, mise au point par Gigabases, une spin-off de l’École polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), capable de reproduire des ADN de synthèse. «Nous avons racheté cette technologie, à partir de laquelle RocketVax élabore le vaccin», explique Vladimir Cmiljanovic. Concrètement, RocketVax part de l’ADN de synthèse du coronavirus pour fabriquer un virus synthétique, artificiel en quelque sorte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.