Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Une balade originaleLe Val-d’Illiez au fil d’une trentaine d’échappées artistiques

«Le lac de Soi, mon coup de cœur» «C’est un endroit qu’il faut mériter!» L’effort se sent encore dans le souffle de France Schmid lorsqu’elle en parle et il n’a d’égal que son enthousiasme pour ce lieu. «On est dans un autre monde, à la fois sous les Dents-du-Midi avec toute la force de la montagne qui vous submerge et dans une position dominante qui offre une très belle vue sur la vallée. S’y ajoutent les œuvres de land art des frères Cherix qui forment comme un petit village et c’est sûr, s’ils ont réalisé tout ça, c’est aussi parce que le lieu est extraordinaire.» 
La balade proposée s’étend sur 11 kilomètres au départ de Val-d’Illiez pour une durée de cinq heures. Elle est notée «exigeante».

Les informations fusent

«L’aquarelle est une technique très délicate. Si ça m’arrive parfois de travailler sur le motif ou de faire des croquis, un travail comme celui-ci devait se faire en atelier.»

France Schmid, artiste
«Je recherche l’atmosphère» «La montée est sportive, ce n’est pas ce que je préfère mais je suis arrivée en fin d’après-midi, on est tout près de la frontière française et c’est aussi un passage pour les oiseaux, raconte France Schmid. Il y avait une lumière incroyable. L’harmonie des couleurs, l’atmosphère, c’est ce que je recherche. Là, j’ai eu l’idée de cerner les plages de couleur d’un trait noir. J’aime changer de style et de technique, j’aime être dans la recherche.»
 Il faut cinq heures de marche pour les 9 kilomètres de cette balade «exigeante» qui mène de Champéry au Col de Bostan.
«J’aime peindre la neige» «Le refuge de Lapisa est connu des skieurs à l’heure de la petite Arvine. J’aime peindre la neige, commente l’artiste. C’est ce qu’il y a de plus facile sans être simple non plus: il faut laisser du blanc. La difficulté avec l’aquarelle, c’est qu’on ne laisse jamais assez de blanc.» La route du lait, un tracé de difficulté «moyenne» de 13 kilomètres pour trois heures et vingt minutes de marche autour de Champéry.
2 commentaires
Trier:
    Antonio Gerbase

    Merci beacoup pour les belles oeuves. Absolumente: il faut lausser le blanc! C’est la lumière, c’est l’air!