Passer au contenu principal

Masques à MontheyLe virus n’a pas eu totalement raison de la fièvre de «carna»

Pandémie ou pas, on ne transige pas avec la tradition du Triboulet, dans le Chablais valaisan. Reportage, entre canapé, flocons et confettis.

Le comité anime ce «non-carnaval» depuis son QG, transformé en une sorte de mélange improbable de studio de télé, de scène de théâtre ubuesque, de débit de boissons et de standard téléphonique.
Le comité anime ce «non-carnaval» depuis son QG, transformé en une sorte de mélange improbable de studio de télé, de scène de théâtre ubuesque, de débit de boissons et de standard téléphonique.
Chantal Dervey

Même en ces temps de pandémie et sous des flocons qui tombent plus dru que les confettis en ce vendredi soir, le carnavaleux voit «le verre de Suze à moitié plein». Dans son quartier général de la place centrale, le comité d’organisation du Carnaval de Monthey carbure au stress autant qu’à l’apéro. Samantha Scesa nous fait faire le tour des lieux, transformés en une sorte de mélange improbable de studio de télé, de scène de théâtre ubuesque, de débit de boissons et de standard téléphonique. La Montheysanne nous accueille bonnet de nuit vissé sur la tête et pyjama sur le dos. Forcément: «On fait carna à la maison

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.