Passer au contenu principal

Jugement du Tribunal cantonalL’éclairage de Corges devra respecter les chauves-souris

La Commune de Payerne avait installé deux nouveaux lampadaires à l’entrée du hameau, gênant une colonie de chauves-souris. La justice les éteint.

«Les colonies de reproduction de murins à moustache semblent rares en Suisse romande. Les sites connus n’en acquièrent que plus de valeur», dit le Centre pour l’étude et la protection des chauves-souris du canton de Vaud dans son rapport.
«Les colonies de reproduction de murins à moustache semblent rares en Suisse romande. Les sites connus n’en acquièrent que plus de valeur», dit le Centre pour l’étude et la protection des chauves-souris du canton de Vaud dans son rapport.
DR

Une colonie de pipistrelles communes et de murins à moustache logeant dans une demeure va-t-elle mettre en péril la sécurité routière du hameau de Corges? C’est possible selon un récent arrêt de la Cour de droit administratif et public du canton de Vaud (CDAP). Gênant des voisins, ces deux nouveaux points d’éclairage n’illumineront pas la route. Dans ce dossier datant de 2016, le Tribunal cantonal vient de leur donner raison.

«Les recourants se plaignent de l’absence d’autorisation spéciale délivrée par la Division Biodiversité et paysage de la Direction générale de l’environnement (DGE-BIODIV) en lien avec l’atteinte aux chauves-souris, et à leur lieu de reproduction, occasionnée par le projet litigieux» justifie la CDAP. La Cour dit aussi ne pas s’expliquer la procédure payernoise dans ce dossier, qui n’a pas été soumis à la Direction générale de la mobilité et des routes (DGMR). «La Commune a expressément indiqué dans son écriture du 30 novembre 2016, en même temps qu’elle annonçait sa décision de soumettre l’installation des lampadaires à une enquête publique, qu’il s’agissait d’une procédure simplifiée mais qu’un examen préalable par la DGMR était requis», stipule le jugement.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.