Passer au contenu principal

Retour sur les lieux du crimeL’écrivain Marc Voltenauer puise à Bex une mine d’idées

Homophobie, théologie et marketing assaisonnent «Les protégés de sainte Kinga». Ou comment la machine Voltenauer tourne à plein régime.

Bex fait partie du cadre du quatrième livre de Marc Voltenauer après avoir eu «le sentiment d’avoir assez assassiné dans mon petit village tranquille de Gryon!
Bex fait partie du cadre du quatrième livre de Marc Voltenauer après avoir eu «le sentiment d’avoir assez assassiné dans mon petit village tranquille de Gryon!
Vanessa Cardoso

À mesure que le convoi s’ébranle dans les boyaux de la terre, à 300 mètres de profondeur, l’étau se resserre. Comme dans le dernier roman noir de Marc Voltenauer, l’air se sature de sel, cette richesse plus précieuse que l’or jadis, les lanternes falotes parachèvent l’atmosphère de chasse au trésor. «Je suis descendu dans les mines de Bex plus d’une dizaine de fois, commente l’écrivain. Pour ressentir l’effet des couloirs étroits, 60 centimètres, hauts de 1 m 60, comme les hommes à l’époque. Avec des marches si usées qu’elles glissent vers l’avant. Je montais à la Taverne à 6 heures du matin avec les mineurs, je restais seul jusqu’à l’arrivée des touristes vers 10 heures. Écrire sur place déclenche l’imagination, j’aime ça, comme au Café Pomme, à Gryon, ou sur l’île de Gotland pour mes précédents romans.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.