Passer au contenu principal

Athlète surentraîné et dur au mal, le danseur cache bien son jeu

Le milieu traditionaliste du ballet se modernise peu à peu. L’entraînement se fait plus pointu et scientifique pour des danseurs qui repoussent sans cesse les limites de leur corps.

Le jeune Brésilien Rui Cesar Cruz (à g.) est en lice au Prix de Lausanne cette semaine. Les danseurs encaissent parfois des chocs aussi violents qu'un plaquage de rugbyman.
Le jeune Brésilien Rui Cesar Cruz (à g.) est en lice au Prix de Lausanne cette semaine. Les danseurs encaissent parfois des chocs aussi violents qu'un plaquage de rugbyman.
Keystone

Le ballet est une illusion. Tels des magiciens, les danseurs choisissent sciemment ce qu’ils veulent montrer à leur public. Rien ne dépasse sur les planches où la grâce et la légèreté des mouvements laissent une insaisissable impression de facilité. «Les spectateurs ne doivent pas deviner la difficulté de l’effort», explique l’Australien Austen McDonald, 16 ans, qui entré dimanche en lice au Prix de Lausanne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.