La Confédération veut couper les fonds à la recherche en vaccins

Alors que la Suisse lutte de toutes ses forces contre la pandémie de Covid-19, le Département de l’économie retire son soutien à une institution clé.

Le désengagement fédéral passe mal auprès de la structure concernée.

Le désengagement fédéral passe mal auprès de la structure concernée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dès l’an prochain, le Swiss Vaccine Research Institute (SVRI) risque de ne plus pouvoir compter sur l’aide financière de la Confédération. Le Département de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a décidé de mettre un terme au subventionnement de cette plateforme suisse qui se trouve au front dans la lutte contre le nouveau coronavirus. L’institution basée à Lausanne reçoit 1,2 million de francs par année, mais le versement devrait être interrompu pour la période 2021-2024, peut-on lire dans le message transmis en février aux Chambres fédérales.

Le désengagement fédéral passe mal auprès de la structure concernée. Le SVRI regroupe des chercheurs de l’EPFL, du CHUV, de l’UNIL, de l’Université de Zurich, entre autres. «Que la Confédération retire son soutien à la recherche en vaccinologie en pleine pandémie de coronavirus, c’est choquant», réagit Oliver Peters, président du Swiss Vaccine Research Institute et directeur adjoint du CHUV.

Travail utile aux Cantons

L’institut s’est notamment illustré par son travail sur le VIH ou la grippe. Il a aussi développé des «plateformes immunologiques» qui permettent de mettre en place un programme d’analyse de la réponse immunitaire contre le Covid-19. Son travail sera utile à la mise en place par les Cantons de programmes de santé publique ciblant la population. Il vient par ailleurs d’être invité à un programme mondial de recherche sur le coronavirus.

Pour les années 2021 à 2024, le Conseil fédéral souhaite encourager la formation, la recherche et l’innovation à hauteur de 28 milliards de francs. La décision d’exclure le SVRI de cette manne remonte à 2016, mais d’autres manières de le soutenir étaient en discussion entre les deux parties.

«Cela nous a toujours été annoncé comme une question administrative, que la Confédération préférait apporter une aide par un autre canal. Mais il n’a jamais été question de couper tout soutien», affirme Oliver Peters. L’une des options sur la table était de subventionner l’institut au travers du financement de l’EPFL. Le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) exclut désormais un tel scénario. Il fait cependant miroiter la possibilité d’un soutien «transitoire» pour 2021 et 2022.

Le bras de fer est toujours en cours. Et l’éclatement de la crise sanitaire n’a pas infléchi la position fédérale. Dans un courriel adressé à la direction du SVRI et daté du 6 mars, le vice-directeur du Secrétariat d’État à l’économie, Gregor Haefliger, estime que le «maintien de telles plateformes relève de la responsabilité des hautes écoles concernées».

Surprise et perplexité

Usant de ses dernières cartouches, le SVRI cherche un relais politique à Berne. L’institut a mis la délégation vaudoise au parlement en copie d’un courrier électronique envoyé au SEFRI le 16 mars dernier. La direction du centre de recherche et le doyen de l’UNIL s’y déclarent «surpris du manque d’intérêt concernant le domaine de la vaccinologie, cela d’autant plus que nous sommes aujourd’hui en train de faire face à une crise mondiale […]».

Ils rappellent les «investissements conséquents à un niveau international» dans le domaine de la recherche et de la vaccinologie. Et se disent «par conséquent de plus en plus perplexes du manque de soutien au SVRI qui va jouer un rôle clé dans la pandémie Covid-19». La pilule passe d’autant plus mal que Guy Parmelin, chef du Département de l’économie, promet le déblocage de 42 milliards de francs pour atténuer l’impact économique de la propagation du coronavirus.

Contacté samedi, le DEFR affirme trouver «très important» le «domaine de la vaccinologie», «c’est incontesté», selon une porte-parole. Il justifie sa décision par le fait que la loi sur l’encouragement de la recherche commande de donner la priorité aux centres de compétences technologiques. Et assure que les subventions ont toujours eu une nature provisoire. Oliver Peters estime que c’est faux.

Changement possible

Le parlement doit approuver cette année la nouvelle enveloppe de subventions fédérales pour la recherche. Il peut y apporter des changements. Membre de la Commission de la science, Isabelle Chevalley (PVL/VD) attend d’entendre le SEFRI avant de donner un avis définitif, mais elle concède que couper les vivres à l’institut «paraît aller à l’encontre du bon sens».

Président de la même commission, Mathias Reynard (PS/VS) juge probable que les Chambres réintroduiront la subvention: «Vu la crise, la supprimer semble à côté de la plaque. La lutte contre les pandémies doit être une priorité pour notre avenir.»

Créé: 21.03.2020, 22h56

Articles en relation

Les syndicats inquiets pour les profs et les familles

Covid-19 Les représentants des enseignants demandent de relâcher la pression sur les maîtres et les élèves et réclament plus de sécurité dans les classes du système d'accueil. Cesla Amarelle fixe l'ordre des priorités. Plus...

Direct - Plus de 5000 décès au Royaume-Uni

Coronavirus Retrouvez toutes les informations sur l'évolution de l'épidémie du coronavirus. Plus...

Le plan économique le plus massif depuis 1945

Coronavirus en Allemagne Une enveloppe de 822 milliards va être débloquée par Berlin pour lutter contre les effets économiques de la pandémie, du jamais vu depuis la fin de la 2e Guerre mondiale. Plus...

1300 cas de plus en un jour en Suisse

Coronavirus La propagation du coronavirus se poursuit dans le pays. Les adultes sont nettement plus touchés que les enfants. Plus...

Guy Parmelin convoque une table ronde

Coronavirus Si le paquet de mesures de soutien présenté par le Conseil fédéral a reçu un accueil largement positif, les partenaires sociaux demandent plus de dialogue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.