Passer au contenu principal

Coronavirus: les cybercriminels n'ont pas de scrupules

Entre appels aux dons bidon et logiciels malveillants, la crise sanitaire actuelle galvanise les pirates informatiques. Mais les gouvernements profitent eux aussi parfois de la situation.

MELANI, centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information, a déjà identifié plus de 150 domaines malicieux.
MELANI, centrale d’enregistrement et d’analyse pour la sûreté de l’information, a déjà identifié plus de 150 domaines malicieux.
Witthaya Prasongsin/EyeEm/Getty

Face à la pandémie du coronavirus, partout, la Tech se met en quatre pour apporter son aide aux institutions les plus touchées. Facebook vient ainsi de faire don de 100 millions de dollars à de petites entreprises partout dans le monde. Google planche sur un site internet permettant aux résidents américains, selon leurs symptômes, de déterminer si un test de dépistage est justifié ou non. Et puis, de nombreuses sociétés IT proposent aussi d’accéder gratuitement à leurs services, notamment pour favoriser le télétravail pendant la crise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.