Épisode 6, deux jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (6/7)19 juillet 1969, à Houston. La Lune, en 50 nuances de gris. Notre feuilleton des 50 ans des premiers pas sur la Lune.

La une de la «Tribune de Lausanne» du 19 juillet 1969

La une de la «Tribune de Lausanne» du 19 juillet 1969

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après avoir parcouru 240 000 milles en septante-six heures, Apollo 11 est en orbite lunaire ce 19 juillet. L’équipage sait désormais que, demain , le module lunaire Eagle, occupé par Armstrong et Aldrin, va se séparer du module de commandement et tenter un alunissage. Mais il n’y a pas de quoi perturber les heures de sommeil accordées à l’équipage d’Apollo 11, qui se réveille comme d’habitude avec les nouvelles du matin. «L’intérêt pour la mission reste haut dans les médias, mais il y a de la concurrence dans la région de Houston, avec l'assouplissement des règles d'arrosage. Le maire promet de lever les restrictions d'arrosage des pelouses si les pluies continuent», raconte une voix venue de la Terre.

La journée se poursuit avec des vidéos filmées depuis Apollo, qui montrent le sol lunaire, et provoquent des débats colorés entre les astronautes et la base. À Houston, une voix commente: «On a une belle image, là-dessous, à 11 h. La couleur arrive assez clairement, et nous pouvons voir l'horizon et la relative noirceur de l'espace, et sans entrer dans la question des gris et des bruns, elle ressemble, du moins sur notre écran, à une sorte de gris brunâtre. La caméra TV est zoomée sur un point lumineux au loin. Il s'agit d'un petit cratère d'impact frais.»


Notre long format: Comment on a décroché la Lune


Et Buzz Aldrin de répondre: «C'est une bonne et raisonnable façon de décrire cela. J'ai l'impression qu'il y a une différence à partir de quelle fenêtre vous regardez. Par exemple, à l'heure actuelle, la caméra regarde par la fenêtre numéro 5, et elle donne certainement une teinte plus rosée ou plus bronzée, surtout si vous regardez directement à travers elle et non en biais. Terminé.»

À bord d’Apollo, c’est le moment des derniers contrôles sur le LEM, afin de vérifier qu’il n’a pas été impacté par le décollage et le vol. Les trois hommes commencent également à étudier le site prévu pour l’alunissage. Cette phase terminée, l’équipage, qui se trouve désormais très près de la Lune, se fait plus bavard, même si le ton reste mesuré. «La vue de la Lune que nous avons eu récemment est vraiment spectaculaire, lâche Armstrong. Elle remplit environ les trois quarts de la trappe et, bien sûr, nous pouvons voir toute la circonférence, même si une partie de celle-ci est complètement ombragée, et une partie de celle-ci est extrêmement lumineuse. C'est une vue qui vaut le prix du voyage.»

En soirée, l’équipe propose une nouvelle émission de TV, avec des images en couleur du survol de la Lune prises depuis leur orbite lunaire. Michael Collins devient un peu plus lyrique. «La Lune que j’ai toujours connue, ce petit disque jaune en deux dimensions que l’on aperçoit au loin dans le ciel, a disparu et laissé la place à la sphère la plus grandiose que j’aie jamais vue. Elle est énorme et en trois dimensions », rapporte l’astronaute qui pilote le module de commande, et qui va rester en orbite autour de la Lune, pendant que ses deux coéquipiers vont descendre pour y effectuer un pas de géant pour l’humanité.

«Si l’alunissage est défectueux, le commandant Armstrong n'a qu’une demi-seconde pour rallumer le moteur de l’étage supérieur et repartir.»

Le concepteur des fusées Wernher von Braun

Pour le concepteur des fusées Wernher von Braun, l’alunissage et le décollage de la base lunaire seront les deux moments les plus risqués de la mission. Cité dans «La Tribune de Lausanne», l’ancêtre du «Matin Dimanche», il précise que «Si le LEM se pose de travers, avec une certaine inclinaison, il risquerait de ne pas repartir. En effet, si l’alunissage est défectueux, le commandant Armstrong n'a qu’une demi-seconde pour rallumer le moteur de l’étage supérieur et repartir. Il ne peut pas avertir la Terre, puisque la voix humaine met trois secondes pour parvenir au centre de Houston et retourner sur la Lune, donc six fois plus qu’il ne faut à Armstrong et à Aldrin pour décider de leur destin.» Mieux vaudra être en pleine forme demain. C’est en prévision de cette nouvelle phase cruciale du voyage que les trois astronautes repartent se coucher. Ils ont encore droit à neuf heures de repos.

Bonne nouvelle pour les téléspectateurs suisse : la NASA confirme que le LEM se posera sur la Lune le 20 juillet, 4 minutes et 39 secondes plus tôt que prévu. Le module lunaire doit normalement se poser à 16 h 16 (21 h 16 heure suisse).

Demain, la journée du 20 juillet

La une de la «Tribune de Lausanne» du 19 juillet 1969

Cliquez pour agrandir


Lire aussi: Épisode 1, sept jours avant l’alunissage

Lire aussi: Épisode 2, six jours avant l’alunissage

Lire aussi: Épisode 3, cinq jours avant l’alunissage

Lire aussi: Épisode 4, quatre jours avant l’alunissage

Lire aussi: Épisode 5, trois jours avant l’alunissage


Cette semaine, nous revivons le compte à rebours qui va du décollage de la fusée «Saturne 5» au premier pas sur la Lune, comme les lecteurs suisses de 1969 ont pu suivre cette actu. Les informations, citations, reportages et anecdotes que vous trouvez ici ont été puisés dans les pages de la «Tribune de Lausanne», l’ancêtre du «Matin Dimanche». Un feuilleton en 7 épisodes, où l’on retrouvera souvent notre envoyé spécial d’alors, le journaliste aérospatial Jacques Tiziou, auteur d'«À l’assaut de la Lune» et décédé en 2017 à Washington. C’était l’un des rares francophones accrédités à Cap Kennedy.

Vous retrouverez encore dans ce feuilleton une rubrique intitulée «Les autres mondes», toute l’actu qui est survenue à côté d’«Apollo 11», où l’on retrouve Joe Dassin et Pascal Couchepin, Eddy Merckx et Ted Kennedy. Bonne semaine lunaire! Jocelyn Rochat

Créé: 19.07.2019, 06h52

Insolite

Une nouvelle science est née, raconte la Tribune de Lausanne: la sénologie, où l’étude du sol lunaire. Lorsqu’Armstrong et Aldrin mettront pied sur Lune demain matin, leur première tâche — et la plus importante — sera d'étudier le terrain autour d'eux et d'en prélever des échantillons. Sur Terre, cette tâche relève de la prospection géologique. Sur la Lune, c’est de la sélénologie. Avant même de savoir si les astronautes vont revenir vivant et avec leur précieuse cargaison, la NASA, via Neil Nickle, annonce que «les prélèvements seront répartis entre 142 équipes de savants travaillant dans le monde entier. Nous allons traiter ces échantillons comme un trésor national».

Dans les autres mondes…

Le sénateur américain Edward « Ted » Kennedy, frères des deux politiciens assassinés John et Robert, a été victime, d’un accident de voiture qui a coûté la vie à sa passagère, rapporte la Tribune de Lausanne. La voiture qu’il conduisait a manqué un petit pont de bois et est tombée dans un étang. L’accident s’est déroulé sur une route étroite près de Cap Cod (Massachusetts), où le sénateur s’était rendu à l’occasion de régates. La victime est Mme Mary Jo Kopechne, 29 ans, ancienne secrétaire de feu Robert Kennedy. Son corps a été retrouvé dans l’auto retournée, par deux mètres de fond. Le sénateur, indemne, a été recueilli par des automobilistes de passage et c’est encore trempé qu’il s’est présenté au commissariat de police pour y faire une déposition. Il a reconnu ne pas avoir porté secours à la jeune femme en raison de l’état de choc dans lequel il se trouvait.

A ce stade, la rédaction ne sait pas encore que les circonstances de cet accident vont faire scandale, notamment parce qu’il a appelé son avocat avant de prévenir la police et les secours. Cette nouvelle va modifier profondément la carrière du politicien.

Articles en relation

Épisode 5, trois jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (5/7) 18 juillet 1969, Houston, les astronautes dorment comme des loirs. Notre feuilleton des 50 ans des premiers pas sur la Lune. Plus...

Épisode 4, quatre jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (4/7) 17 juillet 1969, Cap Kennedy, la ville du monde où on a le plus dormi. Notre feuilleton des 50 ans des premiers pas sur la Lune. Plus...

Épisode 3, cinq jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (3/7) 16 juillet 1969, Cap Kennedy, un dernier petit-déjeuner terrestre. Notre feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune. Plus...

Épisode 2, six jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (2/7) 15 juillet 1969, Cap Kennedy. Une soirée passée à boire des «Moon Landers», un nouveau cocktail. La suite de notre feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune. Plus...

Épisode 1, sept jours avant l’alunissage

Comme en 1969 (1/7) 14 juillet 1969, cap Kennedy: «Nous sommes prêts à voler.» Un feuilleton sur les 50 ans des premiers pas sur la lune. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...