Passer au contenu principal

«Si j’avais pris un jour de congé en 16 mois, j’étais viré»

L’ex-ouvrier agricole exploité par deux agriculteurs neuchâtelois revient sur son labeur d’esclave qui s’est conclu par un grave accident.

Le Kosovar a été jugé crédible par le tribunal de La Chaux-de-Fonds, notamment grâce à deux photos selfies que le clandestin avait prises devant la ferme de la honte, trois et neuf mois avant son accident de travail.
Le Kosovar a été jugé crédible par le tribunal de La Chaux-de-Fonds, notamment grâce à deux photos selfies que le clandestin avait prises devant la ferme de la honte, trois et neuf mois avant son accident de travail.
Yvain Genevay

Qualifiée il y a deux mois de «particulièrement grave» par le Département neuchâtelois de l’économie et de l’action sociale, l’affaire des paysans usuriers des Brenets – un père de 59 ans et son fils de 28 ans, qui nient les faits – sera rejugée en appel, a appris «Le Matin Dimanche».

Le Tribunal cantonal pourrait également être saisi par le Parquet, les deux hommes ayant écopé de 8 et 6 mois de prison avec sursis (assortis d’une amende immédiate de 2000 fr. chacun, ainsi que de peines pécuniaires avec sursis de 3600 et 9000 fr.). Soit trois fois moins que les durées requises par la procureure, Sarah Weingart, qui avait fustigé un système d’«esclavagisme moderne».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.