Passer au contenu principal

Voici le lit à un million qui sauve les malades du coronavirus

Les patients placés en coma artificiel ont besoin de matériel de pointe, de soins constants et d'une organisation sans faille.

Un lit de soins intensifs aux HUG, avec tous ses appareils: le respirateur (à droite, meuble blanc), le pousse-seringue (à gauche au fond, couleur verte), la station informatique (devant) et les moniteurs (derrière) qui surveillent les paramètres vitaux.
Un lit de soins intensifs aux HUG, avec tous ses appareils: le respirateur (à droite, meuble blanc), le pousse-seringue (à gauche au fond, couleur verte), la station informatique (devant) et les moniteurs (derrière) qui surveillent les paramètres vitaux.
Yvain Genevay

C’est l’arme clé pour limiter le nombre de morts du Coronavirus. Le lit de soins intensifs permet de sauver les malades les plus gravement atteints en les plaçant sous respiration artificielle durant dix à quinze jours. Depuis deux semaines, les hôpitaux romands, notamment le CHUV à Lausanne, les HUG à Genève ou le Réseau hospitalier neuchâtelois s’équipent fébrilement pour multiplier leur capacité d’accueil des patients en danger de mort imminente.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.