À Saint-Prex, la porte d’un train coince une voyageuse

Deux mois avant l’accident mortel à Baden début août, un incident similaire s’est produit dans le canton de Vaud, selon un rapport fédéral d’enquête.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les CFF ont un problème avec l’accès à leurs wagons. Le 4 août dernier, à la gare de Baden (AG), une porte de l’InterRegio Bâle-Zurich se referme sur le contrôleur qui est en train de monter. Malgré cela, le train démarre et le malheureux, resté emprisonné, est retrouvé mort après plusieurs kilomètres. Ce décès a bouleversé la régie ferroviaire. Quelques jours plus tard, une centaine de collaborateurs ont observé une minute de silence dans la gare de Zurich.

Depuis, les CFF tentent de rassurer le personnel et les collaborateurs. Ils affirment que ces défauts techniques interviennent rarement. Qu’ils sont souvent de nature différente et de moindre importance. Eh bien l’un de ces incidents s’est déroulé en Suisse romande: un peu plus d’un mois avant le drame de Baden. Il a fait l’objet d’un rapport de cinq pages du Service suisse d’enquête de sécurité (SESE) que nous avons consulté.

Secourue par un témoin

Le couac a eu lieu le 27 mai dernier à 13 h. Le document raconte qu’une passagère se présente, avec son vélo, sur le quai de la gare de Saint-Prex (VD). Le régional arrive. Elle monte à bord, mais se retrouve coincée entre les parties de la porte. Un témoin qui assiste à la scène vient à son secours au moment où le convoi se met en mouvement. La victime parvient à se libérer et chute.

Elle se blesse «légèrement», indique le rapport: «Le vélo a, quant à lui, circulé, coincé dans la porte, jusqu’à la gare d’Étoy où il est tombé sur le quai. Au vu des dégâts, il a dû heurter des éléments d’infrastructure sur le parcours entre Saint-Prex et Étoy.» Le deux-roues avait le cadre plié et la roue était tordue en forme de huit.

Le convoi a été immobilisé à Lausanne. Il s’agit du numéro 94340 qui se composait de deux locomotives Re 420 et de six voitures de type unifiées I. Le convoi était un service de réserve qui «circule très rarement en trafic régional», indiquent les CFF. René Zürcher, du Syndicat du personnel des transports (SEV), à qui nous avons appris l’existence de l’accident de Saint-Prex, ajoute: «C’est du vieux matériel roulant des années 1950 à 1960. Il a été modernisé. Le système des portes a été changé.»

Philippe Thürler a dirigé l’enquête du SESE. Il explique qu’il s’est basé sur les auditions du rapport de police, comme le veut la procédure. Les agents ont recueilli à chaud les témoignages de la victime et du témoin qui l’a secourue. «Les deux versions correspondent», explique-t-il. La voyageuse a ajouté qu’elle ne se rappelait pas quelle porte était défectueuse. Ce qui n’a pas posé de problème pour l’enquête.

Le système des accès a été passé au peigne fin. Contre toute attente, aucun problème technique n’a été constaté. «Le verrouillage et la sécurité des 23 portes fonctionnaient correctement. Tout comme la lampe de contrôle de fermeture située sur le pupitre du mécanicien», indique le document officiel. Une absence de poids a quand même été relevée. En effet, une vis de fixation du bras droit de la porte numéro trois du wagon manquait. Ce qui pourrait être à l’origine de l’incident.

Pas de lien entre les deux accidents

Le rapport du SESE ne va pas plus loin. Les experts ont renoncé à effectuer des investigations supplémentaires pour tenter de déterminer précisément la défaillance technique. Philippe Thürler n’y voit aucun inconvénient. Le SESE fait le constat. La balle est ensuite dans le camp de l’exploitant. «C’est lui qui est responsable de la sécurité du matériel roulant.»

Le spécialiste ajoute qu’il est difficile de faire un lien entre les drames de Baden et de Saint-Prex. «Les contextes sont différents. Les trains ne sont pas les mêmes. Tout comme le système d’ouverture des portes.» L’enquête sur l’accident mortel est toujours en cours. Les premiers résultats montrent que c’est la protection antipincement qui a posé problème.

Les CFF, de leur côté, disent être «sincèrement désolés» pour ce qui s’est passé dans le canton de Vaud. «Au cours de la période entre l’incident et la publication du rapport (ndlr: le 5 août 2019), nous avons mené une enquête interne. Nous avons vérifié les portes du train en question et réparé la porte mentionnée dans le rapport. Le rapport du SESE appuie les conclusions de notre enquête selon laquelle il s’agit d’un fait isolé», nous a expliqué hier Ottavia Masserini, porte-parole de la régie fédérale.

Les CFF ont créé une task force. «Elle est au courant de l’incident à Saint-Prex et l’inclut dans son travail», explique la communicante. La régie avait déjà annoncé vouloir soumettre toutes les portes des trains concernés par l’accident de Baden à un contrôle particulier, en plus des tests ordinaires qui interviennent tous les sept à dix jours. Ce qui ne rassure pas totalement René Zürcher, du syndicat SEV.

Son organisation ne veut pas de limite: elle demande le contrôle de l’intégralité des portes de la flotte CFF. Le SEV dénonce, par ailleurs, la dégradation générale des conditions de travail, notamment pour les équipes d’entretien du matériel roulant. «Ce qui ne contribue pas à l’amélioration de la sécurité du réseau ferroviaire», conclut René Zürcher.

Créé: 17.08.2019, 22h19

Articles en relation

Des portes de wagons défectueuses détectées

Suisse Les CFF ont annoncé plusieurs mesures après l'accident d'un chef de train à Baden (AG) au début août. La protection anti-pincement de la porte n'était pas fonctionnelle ce jour-là. Plus...

Minute de silence pour l'employé des CFF mort

Gare de Zurich Des centaines de collaborateurs des CFF ont observé en gare de Zurich une minute de silence pour leur collègue décédé dimanche à Baden. Plus...

Arrêt de l'utilisation d'un type de wagon exigé

Accident à Baden Suite au décès d'un employé des CFF coincé dans la porte d'un convoi et traîné par le train, le syndicat du personnel exige l'arrêt du type de véhicule impliqué. Plus...

Un employé CFF trouve la mort à Baden

Canton d'Argovie Un contrôleur âgé de 54 ans a été blessé mortellement au moment du départ d'un train InterRegio reliant Bâle à Zurich. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...