Passer au contenu principal

Un foyer djihadiste couve dans le camp des femmes de l’EI internées

Sur le site de détention d’Al-Hol, en Syrie, des femmes rêvent de la résurrection de l’État islamique. Notre journaliste est l’un des derniers à avoir reçu l’autorisation d’y pénétrer.

La plupart des 73 500 civils retenus à Al-Hol sont des femmes et des enfants de l’organisation État islamique.

Les femmes ont suspendu leurs voiles noirs au-dessus de la clôture en treillis métallique pour les faire sécher. De l’autre côté, entre de grandes citernes en plastique rouge pour l’approvisionnement en eau, s’alignent des tentes flanquées de l’emblème bleu du HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. Le camp d’internement d’Al-Hol s’étend sur une colline d’environ 4 km2. Plus de 73 500 civils, principalement des femmes et des enfants de l’organisation État islamique, y sont retenus depuis la chute du califat.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.