Passer au contenu principal

Passage de témoinL’Ensemble hospitalier de la Côte tient son nouvel homme fort

L’ancien président du Grand Conseil Jean-Marie Surer a récemment remplacé Patrice Girardet à la tête d’une institution modernisée de 1800 collaborateurs.

Figure de la politique régionale et désormais des institutions de son district, Jean-Marie Surer est le nouveau président de l’Ensemble hospitalier de la Côte.
Figure de la politique régionale et désormais des institutions de son district, Jean-Marie Surer est le nouveau président de l’Ensemble hospitalier de la Côte.
ARC – Archives

Compte tenu de la crise qui frappe les hôpitaux, on pourrait croire qu’une rocade à la présidence du paquebot qu’est l’Ensemble hospitalier de la Côte (EHC) – 1800 collaborateurs – se fait dans la précipitation: il n’en est rien. «Cela fait douze ans que j’occupe cette fonction et il était prévu de longue date que je passe la main», confirme Me Patrice Girardet, entré au conseil d’administration en 2006 déjà. «Nous avons fait de l’EHC un acteur déployé sur plusieurs sites entre Rolle et le CHUV, et même si nous traversons une tempête financière en raison du Covid-19, nous avons procédé aux adaptations nécessaires ces dernières années pour y faire face sur le plan médical.»

Pour lui succéder, le conseil a fait appel à un visage bien connu dans la maison et… un peu partout dans le district de Morges. Il s’agit de l’ancien député Jean-Marie Surer, un vétérinaire de Bière qui est aussi à l’aise dans les conseils d’administration que dans les cantines de village, où ses discours humoristiques sont réclamés.

«Les défis sont nombreux dans un contexte de pressions, financières notamment.»

Jean-Marie Surer, président du conseil d’administration de l’EHC

Il se retrouve cependant face à une mission complexe compte tenu de la crise, alors qu’après des années de lourds travaux de modernisation et d’ouvertures de centres médicaux dans plusieurs communes l’EHC était destiné à vivre plusieurs années de «beau temps». «De nombreux défis m’attendent dans cette institution à taille humaine, qui doit préserver sa cohésion interne dans un contexte de fortes pressions, notamment financières. Je souhaite aussi que la population de la région s’approprie nos différents sites car les 1800 collaborateurs de l’EHC sont au service des patients et des résidents de celle-ci.»