Passer au contenu principal

Enseignement à visage masquéL’entraîneur part à la recherche d’une autre communication

Bouger, expliquer et convaincre derrière un masque, telle est la nouvelle réalité des coaches à travers les disciplines. Ils racontent leur adaptation.

Christiane et Anthony, coachs de Genève Tennis, avec le port du masque, entrainent les juniors.
Christiane et Anthony, coachs de Genève Tennis, avec le port du masque, entrainent les juniors.
FRANK MENTHA

Si le masque est entré dans toutes les vies, il a profondément bousculé les repères des enseignants. Comment continuer à identifier, transmettre, corriger un message lorsque la parole est obstruée? Comment diffuser de la confiance, témoigner de l’empathie, rassurer ou secouer, avec les expressions d’une seule moitié de visage?

Alors que cette problématique secoue les salles des maîtres, elle s’est très vite propagée aux salles de sport; peut-être même avec une forme d’urgence supplémentaire. Car, en plus d’expliquer, l’entraîneur démontre. Il court, joue, s’étire, empoigne. En un mot, il enseigne en mouvements.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.