Passer au contenu principal

Précarité à RolleL’épicerie SolidaRolle ouvre ses portes aux plus démunis

Conscientes qu’il y a aussi des besoins dans leur ville, deux dames du club Soroptimist mettent en vente des produits de première nécessité à bas prix.

Quang Anh Bui, travailleur social de proximité, Monique Pérusset et Nelly Fries, fondatrices de SolidaRolle, préparent l’ouverture de l’épicerie solidaire installée dans la salle de la paroisse.
Quang Anh Bui, travailleur social de proximité, Monique Pérusset et Nelly Fries, fondatrices de SolidaRolle, préparent l’ouverture de l’épicerie solidaire installée dans la salle de la paroisse.
Chantal Dervey

À 80 ans passés, Nelly Fries et Monique Pérusset sont bien conscientes des difficiles réalités vécues par les plus pauvres dans leur petite ville de Rolle aux apparences pourtant si bourgeoises. Des réalités aggravées par la crise sanitaire.

S’inspirant de l’expérience menée à Nyon, ces deux dames membres de la section du club Soroptimist International de Nyon-Rolle vont ouvrir une épicerie solidaire dans les locaux mis gratuitement à disposition par la Paroisse du Cœur de la Côte. Le point de vente, baptisé SolidaRolle, ouvrira ses portes chaque vendredi en fin de journée, dès le 9 avril.

«Nous connaissons personnellement des familles qui sont dans le besoin et n’osent pas demander de l’aide.»

Nelly Fries et Monique Pérusset, fondatrices de SolidaRolle

«Nous connaissons personnellement des familles qui sont dans le besoin et n’osent pas demander de l’aide, témoignent les deux Rolloises. Les Églises catholiques et protestantes nous ont confirmé qu’elles soutenaient des gens dans la précarité.

Et les membres de l’Association La Soliderie qui ont ouvert une épicerie solidaire durant quelques semaines à Nyon nous ont confié que des habitants de Rolle et environs s’étaient approvisionnés chez eux.» Selon la Commune de Rolle, environ 1500 personnes touchent soit le RI, soit les subsides pour l’assurance maladie, soit les prestations complémentaires pour à l’AVS.

Le fonctionnement de SolidaRolle sera à peu près le même que celui de la Soliderie à Nyon. Les clients ne payeront que 3 francs pour remplir leur panier avec des produits de première nécessités. Les étals seront ouverts à tout le monde, sans critères restrictifs ni prise d’identité, chaque vendredi entre 16 h et 18 h 30. Une équipe de bénévoles s’occupera de la gestion des marchandises et du service à la clientèle.

Le club Soroptimist de Nyon-Rolle a offert une somme de 2000 francs pour acquérir des marchandises. D’autres dons ont été versés pour financer le démarrage de cette action. SolidaRolle s’est aussi adressée à Table Suisse, qui collecte et redistribue les invendus, et à plusieurs commerces de la région pour récupérer leurs surplus. Le local de la Paroisse du Cœur de la Côte, situé à la rue des Petites-Buttes, juste en dessous du Temple, dispose de plusieurs grands frigidaires, d’armoires et d’étagères en suffisance.

À la Commune de Rolle, Giorgio Micello, municipal en charge des affaires sociales, accueille ce projet positivement. «Je pense que cette initiative répond effectivement à un besoin, mais il est difficile d’évaluer quelle est la part de notre population qui se trouve dans la précarité. Il y a souvent une certaine pudeur qui retient les gens de demander de l’aide. En plus de soutiens logistiques et de ressources humaines, nous étudions la possibilité d’une aide financière.»

SolidaRolle, Petites Buttes 1, chaque vendredi de 16 h à 18 h 30 dès le 9 avril. Monique Pérusset, 079 698 61 89, Nelly Fries, 078 638 73 42.