Passer au contenu principal

Crise au service publicLes accusations de harcèlement touchent toute la SSR

Le Syndicat suisse des mass media a reçu trente plaintes en provenance du Tessin. En Suisse alémanique, la SRF serait également concernée.

L’affaire de harcèlement révélée le mois dernier ne toucherait pas uniquement la RTS, mais aussi les unités du diffuseur national au Tessin et en Suisse alémanique.
SSR
L’affaire de harcèlement révélée le mois dernier ne toucherait pas uniquement la RTS, mais aussi les unités du diffuseur national au Tessin et en Suisse alémanique.
Keystone

Alors que plusieurs enquêtes sont en cours pour faire la lumière sur les cas de harcèlement à la RTS, il apparaît désormais que c’est toute la SSR qui est éclaboussée. Le Syndicat suisse des mass media (SSM) indique en effet que sa branche tessinoise a déjà réuni trente plaintes. Un appel avait été lancé aux collaborateurs de la RSI de déclarer les éventuels cas. Côté romand, une centaine de cas ont été rapportés à la RTS en trois semaines.

L’organisation a aussi les yeux rivés sur la Suisse alémanique, car la SRF serait également concernée. «La situation n’est pas encore la même mais nous sentons les prémices d’une libération de la parole. Nous avons déjà reçu quelques témoignages. Ce n’est pas massif, mais il n’y a pas de raison à penser que cette problématique n’existe pas là-bas», craint Valérie Perrin, secrétaire syndicale au SSM. Pour l’organisation, l’ampleur du nombre de cas pose la question de la création d’une instance externe pour les traiter au mieux.

Il n’y a pas de raison à penser que cette problématique n’existe pas en Suisse alémanique»

Valérie Perrin, secrétaire syndicale au SSM

L’affaire semble ainsi prendre une tournure nationale, la problématique du harcèlement ne se cantonnant pas à la seule RTS. Comment l’expliquer? «Il y a des différences culturelles, mais la forme qu’a prise le management est commune, explique Valérie Perrin. Dans les années 2000, il y a eu une volonté de la SSR de se réformer avec un management de type entreprise privée. Les cadres sont sortis de la convention collective de travail, ce qui a créé un éloignement avec le terrain.»

La SSR au courant

Trois enquêtes indépendantes ont été mises en place suite aux récentes révélations du «Temps». Un cabinet d’avocats genevois est ainsi chargé d’analyser les cas révélés à la RTS, un mandat externe doit établir les responsabilités au sein de l’entreprise et une révision interne analysera les outils internes pour protéger les collaborateurs. Le comité régional de la RTSR a, lui, indiqué vendredi condamner «fermement» toute forme de harcèlement, mais dit garder confiance dans les directeurs en place.

Contactée, la SSR indique être au courant des plaintes reçues par le SSM. «La procédure définie dans le cadre de l’enquête externe initiée par le conseil d’administration de la SSR prévoit l’examen des plaintes en Suisse romande et la suite de la procédure est définie au cas par cas, précise la porte-parole Lauranne Peman. La même procédure est suivie en Suisse italienne et dans les autres unités d’entreprise de la SSR, où les cas signalés au SSM sont également examinés et seront dans un second temps prochainement communiqués.»

48 commentaires
    FPC

    A chaque fin de semaine, on a droit au feuilleton SSR, sans que les journalistes aient du nouveau. LA BARBE !!!