Passer au contenu principal

Musique choraleLes airs de la Fête des Vignerons se fredonnent encore

Un an après, les compositeurs romands publient un disque destiné aux choristes.

Le quatuor romand des auteurs de la Fête des Vignerons en 2018: de gauche à droite, Jérôme Berney, compositeur, Blaise Hofmann, librettiste, Valentin Villard, compositeur et Stephane Blok, librettiste.
Le quatuor romand des auteurs de la Fête des Vignerons en 2018: de gauche à droite, Jérôme Berney, compositeur, Blaise Hofmann, librettiste, Valentin Villard, compositeur et Stephane Blok, librettiste.
VANESSA CARDOSO

Voilà un objet de commémoration bien dans l’air du temps, à mille lieues des fastes de 2019. Une année après la première de la Fête des Vignerons, ce samedi 18 juillet, paraît chez VDE-GALLO un enregistrement regroupant des extraits de la musique arrangés pour chœur mixte a cappella ou avec accompagnement de piano et d’une touche de percussion. «Nous avons cherché la simplicité, une sorte de retour à l’essentiel, plaide Jérôme Berney, l’un des compositeurs à l’origine du projet. Cet enregistrement va de pair avec la prochaine parution des partitions, dans des versions accessibles aux chœurs mixtes de la région – et d’ailleurs! –, publiées par l’Association romande des éditeurs de musique chorale. De cette façon, l’héritage choral continue».

Cette notion de patrimoine importe aussi à son confrère Valentin Villard, qui cosigne l’album: «Par son esthétique très moderne, aucune pièce de la Fête de 1999 n’était entrée au répertoire populaire. Deux chœurs a cappella sont restés de la Fête de 1977 («La chanson du blé» et «Aux moissons de mon enfance»), aucun en 1955 et «Le petit chevrier» de 1927. Pour 2019, nous avons dès le départ pensé à l’après-Fête et comment des versions de nos partitions allaient subsister pour les chœurs amateurs. Il n’y en a jamais eu autant à leur portée.»

«Nous avons dès le départ pensé à l’après-Fête et comment des versions de nos partitions allaient subsister pour les chœurs amateurs.»

Valentin Villard, co-compositeur de la Fête des Vignerons 2019

Jérôme Berney et Valentin Villard sont issus de cet univers choral romand. Et ils sont sollicités depuis des mois pour fournir des arrangements. «Nous sommes confrontés à la réalité des chanteurs, poursuit Valentin Villard. Nous y avons nos relais et c’est autour de ce réseau que nous avons conçu et réalisé cet enregistrement, en profitant du Chœur Nord de Renaud Bouvier, un chœur laboratoire que nous avions utilisé pendant la Fête. Dans cette logique, nous avons mobilisé la même équipe en novembre pour l’enregistrement.»

Un artisanat quotidien

Cette publication, qui fait suite à celles du DVD et du CD de la Fête, vise naturellement un public plus restreint. «C’est à la fois un souvenir et un matériau intéressant pour ceux qui veulent la rechanter, relève Renaud Bouvier, le chef de chœur. Pour moi, il y avait aussi le plaisir d’avoir une trace de ces pièces sans les contraintes de synchronisation du spectacle, où la musique n’était plus qu’un élément du décor.» Le changement d’approche éclaire différemment une partition dont Renaud Bouvier reconnaît la valeur: «Ces mots et ces notes tiennent tout seuls, même sans plancher LED!» La simplicité retrouvée ravit Valentin Villard: «Le spectacle a été fabuleux, grandiose, mais ce disque sans prétention reflète le caractère artisanal propre à notre métier, qui a toujours prévalu entre les auteurs et qui est notre quotidien.» Avec ce travail de dépouillement, le compositeur retrouve la sensation d’intimité des premières visites dans les vignes, quand il découvrait le travail du vigneron-tâcheron.

L’absence des musiques de Maria Bonzanigo sur ce disque peut surprendre de prime abord, et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le logo officiel de la Fête n’y figure pas. «Maria vit loin d’ici et tourne avec la compagnie Finzi Pasca, confirme Valentin Villard. On voyait mal la solliciter pour faire des arrangements qui comptent davantage pour nous. Mais il est évident que si nous donnons une suite à ce disque, elle sera avec nous. Il manque notamment les pages pour chœurs d’enfants.»

Musiques inédites

Les auteurs romands ont aussi souffert de voir supprimés plusieurs morceaux pendant les répétitions et ce jusqu’à la générale. Il leur importait de donner une seconde chance à ces pages délaissées. «L’idée même du disque est partie de mon envie d’entendre l’«Hymne à la terre» a cappella avec le dernier couplet supprimé, éclaire Valentin Villard. Et Jérôme a souhaité présenter l’intégralité de «Longue nuit» qui a subi des coupes importantes».

Autour du «Songe», seul moment vraiment suspendu du spectacle, on découvre ainsi deux moments graves et profonds: «L’hiver est là» et surtout «À l’enfant endormi», poème de Stéphane Blok adressé à sa fille et auquel il tenait plus que tout. À relever également, «La pluie» et «Le beau temps», deux miniatures pleines d’esprit de Valentin Villard extraites d’un tableau entièrement supprimé. «J’ai encore sous la main deux pièces inédites que j’aimerais bien pouvoir enregistrer. On a de quoi faire encore plusieurs albums!»

«Je t’aime la terre», Jérôme Berney, Valentin Villard, Chœur Nord Fête des Vignerons 2019, Renaud Bouvier, VDE-Gallo, vdegallo.com
Vernissage: Saint-Saphorin, église, di 6 septembre (17 h 30), dans le cadre du concert de gala du Festival Offenbach.
festivaloffenbach.ch