Passer au contenu principal

L’invitéeLes arts et la politique nous rendent vivants

Astrid Lavanderos souhaite que nous puissions bientôt avoir accès à des manifestations culturelles.

Cela fait un peu plus d’un an que nos vies sont articulées autour de choix pour la préservation de nos besoins dits essentiels; une savante articulation entre travail et santé. Un essentiel en vase clos, dépourvu d’espaces de réflexion et de débats qui, en nous isolant, nous pousseraient à un certain individualisme et, in fine, à un repli identitaire.

Les artistes et les travailleurs du secteur culturel, dont le quotidien consiste à mettre en place les possibilités de partage du sensible, sont aujourd’hui en partie privés de ce partage avec le public. Ils et elles continuent néanmoins de nourrir, de réinventer et de transformer le terreau fertile de cette matière première qu’est l’art.

«Renouer avec la force subtile par laquelle l’art nous permet de faire société, de mettre en relief toutes nos singularités.»

L’exception de l’ouverture des musées et bibliothèques, ainsi que la possibilité cantonale de partager la culture avec les plus jeunes, nous ont permis de renouer avec la force subtile par laquelle l’art nous permet de faire société, de mettre en relief toutes nos singularités, celles-là mêmes qui s’activent à la réception d’une œuvre.

Avec cette longue crise, toute la société est mise à mal et le secteur culturel, déjà fragile et précarisé, n’est pas épargné par cette souffrance. Certains artistes sont aujourd’hui en danger et ne pourront vraisemblablement pas se relever indemnes. Ils et elles se sont mobilisés dans le but de faire entendre leurs voix et réalités, plus uniquement par la force de leurs œuvres mais aussi à travers différentes actions dans l’espace public.

Une dynamique politique que les récentes élections communales ont réactivée en nous permettant de réinterroger nos choix de société et d’affirmer des lignes fortes pour le vivre-ensemble. La progression des femmes, des jeunes, des personnes issues de la migration ou de minorités invisibilisées dans les listes et à l’exécutif est porteuse d’une vague d’espoir qui nous rappelle que les valeurs de solidarité et de diversité sont essentielles à toutes et à tous, en particulier pour affronter cette crise. C’est aussi ce que le peuple a réaffirmé dans les urnes.

Un droit fondamental

Toutes nos luttes historiques et sociales ont été menées pour nous donner accès à des ressources, à des droits. L’accès à une culture diverse est un droit fondamental de nos démocraties. Cette dynamique cruciale que la recherche artistique maintient vivante, c’est la possibilité de penser des sociétés aussi diverses qu’inclusives et c’est aussi pour cela que la parole des artistes doit être à nouveau rendue accessible au plus grand nombre et sous toutes ses formes. La parole des artistes d’ici mais aussi d’ailleurs, pour maintenir vive la solidarité et le vivre-ensemble.

Témoignons notre confiance aux acteurs culturels, à leurs plans de protection qui considèrent des jauges pondérées ainsi que des mesures sanitaires strictes, et permettons-leur de réunir les conditions pour que nous puissions retrouver cette possibilité essentielle de penser le monde à travers l’art et avec les artistes.

4 commentaires
    Daniel Favre

    Le “vivre-ensemble” est un échec, prétendre le contraire est au mieux un déni ou au pire un mensonge; regardez le vivre-ensemble français et prétendez que c’est une réussite. Concernant les artistes, il faut bien distinguer les différents corps et ne pas tout mélanger; et surtout on se focalise bcp sur ce secteur alors que d’autres sont également aux abois avec une utilité plus essentielle, n’en déplaisent à certains.