Passer au contenu principal

Protection civile au frontQuand le «PCiste» nettoie le corps des morts du Covid

Ingénieur et paysagiste en temps normal, Jérôme et Jonathan ont pour mission de retourner des patients dans le coma ou de faire des toilettes mortuaires. Ils racontent.

«On pourrait penser que retourner un individu inconscient prend 30 secondes. En réalité c’est une opération délicate que nous effectuons à quatre ou cinq en une vingtaine de minutes», explique l’astreint Jérôme Duc (au milieu à dr.), ici avec trois autres membres de la PCi et une soignante du CHUV.
«On pourrait penser que retourner un individu inconscient prend 30 secondes. En réalité c’est une opération délicate que nous effectuons à quatre ou cinq en une vingtaine de minutes», explique l’astreint Jérôme Duc (au milieu à dr.), ici avec trois autres membres de la PCi et une soignante du CHUV.
Odile Meylan

«Vis ma vie». On est tous déjà tombés sur une de ces émissions de télévision où les participants échangent leur quotidien et se retrouvent du jour au lendemain à exercer le métier d’un inconnu auquel ils ne connaissent absolument rien. En cette période de pandémie, c’est l’expérience que font de nombreux astreints de la Protection civile vaudoise (PCi). Et elle n’a rien de la télé.

Au 5e étage du CHUV, Jérôme Duc œuvre depuis fin octobre aux soins intensifs alors qu’il n’avait jamais mis les pieds dans un tel service auparavant. Sa mission: manipuler des patients atteints du Covid et plongés dans le coma. «Les personnes intubées doivent régulièrement être changées de position, explique cet ingénieur en énergie de formation. Nous pratiquons notamment une manœuvre nommée décubitus ventral qui consiste à les placer sur le ventre afin de libérer les voies respiratoires. On pourrait penser que retourner un individu inconscient prend 30 secondes, mais la réalité est tout autre. Les malades sont parfois en surpoids, ils ont des sondes un peu partout dans le corps, un respirateur dans la bouche et la trachée, ainsi que les muscles complètement détendus. C’est donc une opération délicate que nous effectuons à quatre ou cinq en une vingtaine de minutes.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.