Passer au contenu principal

Crise sanitaireLes astreints vaudois de la PCi seront libérés en juin

Le Conseil d’État désengagera la Protection civile dans la lutte contre le Covid-19 entre le 31 mai et fin juin.

La conseillère d’État Béatrice Métraux a rendu hommage aux membres de la PCi, sans qui «le système n’aurait pas tenu le coup».
La conseillère d’État Béatrice Métraux a rendu hommage aux membres de la PCi, sans qui «le système n’aurait pas tenu le coup».
KEYSTONE/Sandra Hildebrandt

Bientôt la quille pour tous les astreints de la Protection civile vaudoise. Le Conseil d’État a planifié mercredi leur désengagement de la crise sanitaire. L’essentiel de leurs missions s’arrêtera au 31 mai, mais certaines perdureront jusqu’à fin juin, a annoncé la ministre Béatrice Métraux en conférence de presse.

C’est le signe du retour à «une normalité relative» selon les mots de l’élue Verte. Les statistiques de la pandémie continuent de montrer une stabilisation du nombre de malades et ce, depuis plusieurs semaines. Cinq nouveaux cas ont été enregistrés entre lundi et mardi.

La PCi retrouvera dès le 1er juillet son organisation habituelle, découpée en dix régions. Depuis le déclenchement du plan ORCA mi-mars, celles-ci avaient été regroupées pour former quatre bataillons territoriaux. Plus de 7000 Vaudois avaient reçu l’information qu’ils pourraient être mobilisés. Compte tenu des exemptés, ce sont au final plus de 4500 astreints qui ont prêté main-forte jusqu’à présent. Mille autres seront encore appelés d’ici à fin juin, pour assurer une rotation des effectifs. À l’issue de ce déploiement, 85’000 jours de service auront été exécutés en quatre mois. Soit près du double d’une année ordinaire.

Au paroxysme de la crise, un millier d’astreints s’activaient chaque jour. Ils sont désormais moitié moins à être sur le pont. Béatrice Métraux leur a rendu hommage: «Sans eux, le système n’aurait pas tenu le choc.»

Hommage gouvernemental

Les membres de la PCi ont rempli toutes sortes de missions ces dernières semaines, mais toujours «en subsidiarité». Dans les hôpitaux, dans les EMS, auprès des contrôleurs de chantier, etc. Ils ont aussi effectué des transports pour l’armée, aidé à la désinfection des locaux scolaires, appuyé l’installation de la morgue cantonale, ou la délocalisation du Grand Conseil à Yverdon-les-Bains. «Ils ont souvent accompli des tâches pour lesquelles ils n’étaient pas formés professionnellement, et ils l’ont fait avec respect et humanité.» La ministre estime que 85% des missions ont été remplies à satisfaction. «On a fait le maximum mais, comme pour tout, des améliorations dans la coordination sont encore possibles.»

La PCi, seule réserve opérationnelle que compte le canton de Vaud, pourra être mobilisée à nouveau en cas de deuxième vague de la pandémie, ont insisté les autorités. Son engagement a déjà coûté 3,5 millions de francs, dont 2,5 millions seront pris en charge par la Confédération.