Passer au contenu principal

ConfédérationLe renseignement suisse en alerte après les attentats à Vienne et Nice

Pour le Service de renseignement de la Confédération (SRC), la menace terroriste est aussi élevée en Suisse, même s’il n’existe aucun indice concret concernant d’éventuelles attaques.

Après l’attaque à Vienne, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) est sur le qui-vive.
Après l’attaque à Vienne, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) est sur le qui-vive.
KEYSTONE

Les attaques commises à Vienne et Nice confirment les prévisions du Service de renseignement de la Confédération (SRC). La menace terroriste est aussi élevée en Suisse.

Le SRC ne dispose cependant d’aucun indice concret concernant d’éventuelles attaques en Suisse, a-t-il indiqué mardi à Keytone-ATS dans une prise de position écrite. Mais la Suisse appartient au monde occidental que les djihadistes considèrent comme opposé à l’islam. Elle représente donc une cible légitime.

Selon le service de renseignement, l’homicide qui s’est produit en septembre à Morges (VD) pourrait pousser certains individus radicalisés ou instables psychiquement à passer également à l’acte. Un Turco-Suisse de 26 ans, surveillé pour d’éventuels liens avec le terrorisme islamiste, avait poignardé un homme dans un restaurant.

Les intérêts juifs sont une cible potentielle. Des attaques visant des membres ou des symboles des communautés musulmanes en Suisse sont aussi possibles, selon le SRC. A l’heure actuelle, des attaques contre des cibles faciles nécessitant peu de moyens ou perpétrées par des auteurs isolés constituent la menace la plus probable en Suisse.

Influence de l’Etat islamique

En Suisse, les personnes radicalisées les plus susceptibles de commettre de tels actes sont inspirées par la propagande djihadiste ou par des relations dans leur entourage, sans avoir de contact direct avec une organisation djihadiste. Il y a aussi ceux dont la radicalisation est liée à des crises personnelles ou des problèmes psychiques.

La police cantonale zurichoise a mis en place une cellule spéciale «Vienne». Elle examine si des liens existent entre les attentats dans la capitale autrichienne et le canton de Zurich. Elle échange régulièrement des informations avec différents services partenaires, notamment à Berne et à Vienne.

La menace terroriste continue d’être influencée essentiellement par l’Etat islamique, par ses soutiens et ses sympathisants. La menace d’Al-Qaïda reste d’actualité. Les groupes régionaux qui s’engagent en faveur de ce groupe risquent de regagner en puissance à long terme, en particulier en Irak.

ATS/NXP