Passer au contenu principal

EditorialLes championnes ne sont pas des pions

Le ski alpin est à nouveau à la mode en Suisse. L’heure des repas est retardée par les courses. Entre amis, on s’échange «pronos», coups de cœur et de gueule. Ce n’est même plus une honte de jeter un coup d’œil au classement des nations. La Suisse n’avait plus été aussi performante depuis trente ans: neuf médailles ont été ramenées des Mondiaux de Cortina d’Ampezzo. Il faut remonter à 1989 pour retrouver une moisson aussi prolifique. À Vail, la bande à Maria Walliser et Pirmin Zurbriggen avait décroché onze flocons.

En 2021, ce statut retrouvé du ski suisse a surtout été assumé par les femmes qui ont hissé le drapeau à croix-blanche à la hauteur des majestueuses Dolomites. Lara Gut-Behrami et Corinne Suter ont remporté les trois titres mondiaux et plus de la moitié des médailles du pays (5 sur 9).

«Les remarques sur le physique des skieuses ou les polémiques hors-piste ont pris un sacré coup de carre.»

Ces Suissesses en or ont envahi les unes des journaux. Douce revanche pour elles qui ne bénéficient pas de la même couverture médiatique que leurs homologues masculins le reste de l’hiver. Les héros du sport se conjuguent trop souvent au masculin. Pas cette fois.

Plus maintenant? Les stars féminines ont brillé à Cortina. Dans une compétition mondiale où 90% de journalistes sont des hommes, les exploits des Suissesses ont poussé certains à revoir leur jugement au fil des jours. Les remarques sur le physique des skieuses ou les polémiques hors-piste ont pris un sacré coup de carre.

Les flocons dorés de Lara Gut-Behrami et de Corinne Suter nous ont permis de vibrer dans cette période angoissante. Nos championnes ont fait oublier, l’espace de deux semaines, les masques sanitaires, la distanciation sociale et le huis clos. Espérons aussi qu’elles ont définitivement distancé des préjugés sexistes qui n’ont jamais eu raison d’être.

1 commentaire
    Luigi Tampieri

    Si vous pouviez cesser de parler ou d'écrire "distanciation sociale" et préférer "distanciation physique". La distanciation sociale, c'est lorsque les pauvres et les riches ne partagent pas les mêmes habitations, écoles, restaurants, habits, etc. La distanciation physique, c'est ce que nous pratiquons depuis 11 mois. Clair ?