Passer au contenu principal

PatrimoineLes châtelains renforcent leurs assises à Coppet

Rainier d’Haussonville a pris la présidence de la fondation qui exploite le château. Un de ses frères entre au conseil de fondation.

Rainier d’Haussonville est entré au conseil de la Fondation Othenin d’Haussonville il y a une année. Il en est désormais le président.
Rainier d’Haussonville est entré au conseil de la Fondation Othenin d’Haussonville il y a une année. Il en est désormais le président.
Vanessa Cardoso/Archives

La présidence d’Amélie Cherbuin aura été aussi courte (un an et demi) qu’efficace au sein de la Fondation Othenin d’Haussonville pour le rayonnement de l’esprit de Coppet, qui gère l’exploitation du château du bourg. La députée a conduit le virage qui a permis à l’organe de renouer des relations durables avec la famille propriétaire. Aujourd’hui, elle laisse sa place à Rainier d’Haussonville, l’un des héritiers qui était entré au conseil de fondation il y a une année. Un des frères de ce dernier, Simon, a également été coopté récemment pour occuper le deuxième siège réservé à la famille.

«En prenant la présidence, j’avais mis quelques conditions, explique Amélie Cherbuin qui reste membre du conseil de fondation. Je voulais que la famille et la Municipalité entrent au conseil. Ce qui a été fait en 2019. Désormais, il me semble logique de remettre les rênes à un représentant des propriétaires. D’autant qu’à l’image de l’ensemble des acteurs touristiques, nous avons été touchés par la crise sanitaire. Il est important que nous nous serrions les coudes pour relever ce défi et mener à bien les nombreux projets que nous avons.» Une réflexion sera menée rapidement pour dynamiser les sources de revenus.

Préserver l’héritage de Mme de Staël

La présidence revient ainsi au porte-parole de la famille d’Haussonville, qui habite une partie de son temps au château: «Il y a une certaine logique à ce qu’un membre de la famille assume la présidence, afin de préserver les collections, le château et ses environs, ainsi que préparer les travaux de restauration nécessaires.» La fratrie propriétaire des lieux est très attachée à l’héritage de son aïeule Madame de Staël (1766 – 1817), qui est le fil conducteur de l’exposition du château.

La vie semble donc apaisée autour du château que le comte Othenin d’Haussonville avait donné avec usufruit à la fondation dans l’objectif de préserver le monument. Cette donation pour une durée de cent ans avait provoqué la colère de ses enfants. À la mort du patriarche, les relations entre ses descendants et le conseil de fondation s’étaient envenimées, les premiers accusant le second de mettre en péril le patrimoine familial. Aujourd’hui, les discussions sont cordiales et respectueuses, même si, de l’avis de plusieurs membres du conseil de fondation, les points de vue ne sont pas toujours convergents.