Passer au contenu principal

Animaux de compagnie«Les chats et les chiens sont un luxe superflu»

Docteur en sciences de l’environnement à l’Université de Lausanne, Daniel Curnier considère que les animaux de compagnie sont des désastres écologiques.

Pour l’universitaire Daniel Curnier, il n’est pas défendable de nourrir autant de chats et de chiens alors que les écosystèmes sont déjà saccagés pour l’alimentation humaine.
Pour l’universitaire Daniel Curnier, il n’est pas défendable de nourrir autant de chats et de chiens alors que les écosystèmes sont déjà saccagés pour l’alimentation humaine.
Photo d'illustration, AFP

En 2020, la Suisse comptait un peu plus de 1,7 million de chats et 500’000 chiens. Qu’est-ce que ces chiffres vous inspirent?

En tant que spécialiste des questions environnementales, ces chiffres me donnent le tournis. Les animaux de compagnie consomment des ressources et produisent des déchets. Les salons de toilettage et les cabinets de vétérinaire occupent de grandes surfaces et la production de leur alimentation requiert une énergie grise importante. D’un point de vue théorique, il n’est pas défendable de nourrir autant de chats et de chiens alors que les écosystèmes sont déjà saccagés pour l’alimentation humaine. Cette réalité est totalement invisibilisée par l’industrie qui ne cherche qu’à faire du profit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.