Passer au contenu principal

La crise fait craindre le pireLes clubs amateurs de football cherchent à limiter la casse

Certaines organisations envisagent même de dissoudre des équipes pour survivre. L’ASF assure qu’elle ne laissera tomber personne.

Les clubs de football populaire cherchent à survivre à la crise sanitaire. L’Association suisse de football promet qu’elle ne laissera tomber personne.
Les clubs de football populaire cherchent à survivre à la crise sanitaire. L’Association suisse de football promet qu’elle ne laissera tomber personne.
KEYSTONE

Ce n'est pas de gaieté de cœur que Claude Meylan a dû se résoudre à y songer. Après de nombreuses discussions avec son comité, cette possibilité est apparue au président du FC Champvent comme la moins pire: retirer la deuxième des trois équipes d’actifs du club. «Des joueurs ont demandé à être entendus, pour tenter de trouver une solution. On les a écoutés attentivement. C’est beau de voir des gars, chez nous depuis cinq, dix voire quinze ans, se battre ainsi pour leur équipe. On a vraiment envie de pouvoir s’arranger. On va tout faire pour. Mais si les ennuis financiers se précisent, dissoudre l’équipe sera, malheureusement, l’un des premiers leviers à activer.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.