Passer au contenu principal

Le cinéaste, l’hôtelier et le banquier résistentLes codes rigides du port de la cravate se dénouent

Seuls le Conseil des États, l’École hôtelière de Lausanne et quelques banques l’imposent encore. Trois aficionados évoquent leur rapport à cet accessoire masculin.

Au Lausanne Palace, le personnel affiche désormais un col de chemise dépourvu de tout artifice, que ce soit au restaurant ou à la réception
Au Lausanne Palace, le personnel affiche désormais un col de chemise dépourvu de tout artifice, que ce soit au restaurant ou à la réception
Florian Cella/24Heures

Il semblerait qu’en matière de cols blancs, ce soit UBS qui donne le ton. Cette fois-ci en tombant foulards et cravates et ce à tous les échelons. Ainsi son CEO, Sergio Ermotti, apparaît régulièrement sans cet accessoire, de même que son futur successeur, Ralph Hamers. Un changement qui ne laisse personne indifférent dans les derniers bastions où la cravate est encore de mise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.