Passer au contenu principal

Finance et automobileLes commandes de Ferrari vrombissent

Le constructeur italien ne va guère sentir les effets du coronavirus. Son carnet de commandes est plein et les investisseurs sont de plus en plus chauds sur le titre phare des valeurs du luxe.

À l’inverse de la plupart des constructeurs automobiles, Ferrari demeure une marque largement bénéficiaire.
À l’inverse de la plupart des constructeurs automobiles, Ferrari demeure une marque largement bénéficiaire.
Ferrari

Luxe, luxe, luxe. «Ferrari, c’est même mieux que du luxe», corrige Jérôme Schupp, analyste financier chez Prime Partners. Résultat, l’action du constructeur s’arrache en Bourse. Pourquoi? Malgré l’émergence du coronavirus qui a fait plonger ses revenus au printemps dernier, les commandes de bolides demeurent «très fortes». Et le titre de l’entreprise de flirter avec ses sommets historiques à près de 160 euros. Rien de moins.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.