Passer au contenu principal

LausanneLes cyclistes demandent une piste du centre-ville à Dorigny

L’ATE-VD et Pro Vélo réclament un aménagement temporaire. Selon ces organisations, il aurait pour avantage de décharger les métros lausannois à l’heure du déconfinement.

Une des deux pistes à la montée de l’avenue de Provence pourrait être consacrée aux vélos, notamment au profit de la population universitaire, plaident les organisations.
Une des deux pistes à la montée de l’avenue de Provence pourrait être consacrée aux vélos, notamment au profit de la population universitaire, plaident les organisations.
Montage ATE-Vaud & Pro Vélo

Un des gagnants du déconfinement peut et doit être le vélo, estiment l’Association transports et environnement Vaud (ATE-VD) et l’association Pro Vélo. «Genève vient de lancer des pistes cyclables temporaires, mais sur Vaud, les autorités cantonales et communales restent en attente», lance David Raedler, président de l’ATE-VD. Le lobby des cyclistes a présenté jeudi plusieurs propositions de nouveau tronçons aménageables. Dits «tactiques», ils peuvent être rapidement installés et à bas coût. Ils ne nécessitent que des interventions légères, avec la pose de balise de séparation et un marquage au sol. Tant qu’ils sont temporaires, les procédures de mise à l’enquête ne s’appliquent pas.

Soit les étudiants sont en danger s’ils prennent le métro, soit ils sont en danger s’ils prennent le vélo

José Ibarra, membre du comité de l’ATE-VD

Leur proposition phare, c’est l’axe Lausanne-centre – Dorigny. Maintenant que le déconfinement est lancé, les étudiants sont face à un dilemme, explique José Ibarra, membre du comité de l’ATE-VD: «Soit les étudiants sont en danger s’ils prennent le métro, soit ils sont en danger s’ils prennent le vélo. Le respect des distances physiques dans le métro va être impossible. Choisir la voiture, c’est particulièrement difficile pour la population étudiante. L’alternative naturelle, c’est le vélo.»

Pour réduire les dangers, il s’agit de créer une piste cyclable la plus continue possible depuis la Gare ou le Flon, jusqu’au campus UNIL-EPFL. Pour les premiers coups de pédales, la «passerelle» de mobilité douce de Plateforme 10, l’avenue Ruchonnet, l’avenue de Tivoli ou la rue de Genève font l’affaire. Ensuite, depuis le carrefour de Montelly, la transformation serait la plus visible et rognerait sur le territoire de la bagnole: une piste bidirectionnelle séparée du trafic motorisé, sur les avenues de Provence et du Chablais. Enfin, depuis le bas de l’avenue du Chablais, une autre piste devrait être ouverte pour enjamber l’autoroute. Le concept a été élaboré avec un ingénieur du trafic, assurent les deux organisations.

Risque de bouchons

La balle et dans le camp des autorités. Le risque de bouchons de voitures n’est pas ignoré: «Cela peut créer des bouchons temporairement, note David Raedler, président de l’ATE-VD. Aujourd’hui, ils sont sur deux voies. Avec notre projet, ils arriveraient aux mêmes moments, mais aplanis sur une voie.».

D’autres tronçons sont réalisables temporairement, ailleurs dans le canton de Vaud. L’ATE-VD et Pro Vélo en donnent six autres exemples. Du plus long au plus court: Chalet-à-Gobet - Moudon; Lausanne-Savigny; Palézieux-Gare – Palézieux-village; Concise (côté Neuchâtel); Aigle-centre – zone industrielle; Montreux (avenue des Alpes et Grand’Rue).