Passer au contenu principal

Santé mentaleLes dégâts psy du Covid «ne sont pas assez pris en compte»

Le coprésident de la Fédération suisse des psychologues revient sur l’impact «énorme» de la crise sur le moral.

Le Vaudois Stephan Wenger, coprésident de la Fédération suisse des psychologues.
Le Vaudois Stephan Wenger, coprésident de la Fédération suisse des psychologues.
Gaëtan Bally DR

La seconde vague pèse sur le moral de la population. Coprésident de la Fédération suisse des psychologues (FSP), le Vaudois Stephan Wenger s’étonne que la Confédération consulte peu les spécialistes en santé mentale.

Comment jugez-vous la gestion des aspects de santé mentale liés à la pandémie?

La dimension de l’impact psychologique du Covid et des mesures décidées est insuffisamment prise en compte. Les répercussions sont énormes; on le voit dans les résultats de différentes études (ndlr: lire encadré) mais aussi dans la forte augmentation des demandes de consultation depuis l’été (alors même qu’il y avait déjà une pénurie de professionnels)… Toute autorité qui prend des décisions de restrictions de liberté pourrait bénéficier grandement de notre expertise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.