Passer au contenu principal

Lutte contre la cyberpédophilie«Les délinquants sexuels exploitent au maximum la crédulité des jeunes»

Olivia Cutruzzola, la cheffe de la prévention criminelle de la police cantonale, explique comment les inspecteurs se font passer pour des mineurs sur internet.

Les inspecteurs désignés attendent tout simplement que quelqu’un entre en contact avec eux. Ils ne doivent jamais, par leur attitude ou leurs mots, instiguer à la commission d’un délit, c’est-à-dire le provoquer.
Les inspecteurs désignés attendent tout simplement que quelqu’un entre en contact avec eux. Ils ne doivent jamais, par leur attitude ou leurs mots, instiguer à la commission d’un délit, c’est-à-dire le provoquer.
Keystone

Fin novembre, un homme était interpellé à Renens pour avoir donné rendez-vous à une mineure via internet, pour qu’elle lui prodigue une fellation contre rémunération. Derrière le profil de la jeune fille de 13 ans: un inspecteur de la police cantonale vaudoise. Sa supérieure, Olivia Cutruzzola explique comment les agents se font passer pour des mineurs sur internet et dans quel cadre juridique ils opèrent.

Depuis combien de temps l’inspecteur discutait-il avec lhomme interpellé à Renens?

C’était la première fois que les deux protagonistes se parlaient. Une discussion de trente minutes aura suffi pour que l’homme propose concrètement une relation sexuelle à la jeune fille, une fellation contre rémunération, et lui donne rendez-vous. Mais ce n’est pas standard: les auteurs ne donnent que très rarement rendez-vous. Il faut parfois plusieurs semaines d’échanges pour que cela survienne. En revanche, après trois minutes déjà, des propositions sexuelles (acte sexuel devant une caméra, échange de photos dénudées) sont faites ou des propos crus sont tenus.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.