Passer au contenu principal

Conséquences du CovidLes discothèques lausannoises vont devoir faire preuve de résilience

Longtemps fermées et encore décriées, les discothèques paient la crise sanitaire au prix fort. Les patrons prônent l’inventivité, même si l’avenir est flou.

Fabien Gehrig, Thierry Namer et Gabriel Martella, associés-fondateurs du Folklor, espèrent récolter 40 000 francs via une cagnotte en ligne.
Fabien Gehrig, Thierry Namer et Gabriel Martella, associés-fondateurs du Folklor, espèrent récolter 40 000 francs via une cagnotte en ligne.
Vanessa Cardoso

Cest lune des premières manifestations tangibles des difficultés que traversent le monde lausannois de la nuit. Le Folklor, club situé à la Riponne, espère récolter 40000 francs via un financement participatif «afin de maintenir son projet en vie et de continuer son aventure». Fermé treize semaines et demie, létablissement cherche du soutien pour se relever de la crise sanitaire. «Nous naimons pas trop demander laumône mais comme nous proposons des contreparties aux éventuels dons, ça nous paraît plus acceptable», indique Fabien Gehrig, associé fondateur du Folklor. La campagne dure jusquau 26 août sur la plateforme heroslocaux.ch et le club a pour linstant récolté un peu plus de 8000 francs.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.