Passer au contenu principal

Marchés publicsLes écoliers de Blonay­–St-Légier rouleront en bus fribourgeois

Dès la rentrée d’août, les transports confiés jusqu’ici aux VMCV seront repris par les TPF. Cela à la suite d’un appel d’offre international. Bizarre? Pas tant que cela.

Les TPF achemineront les têtes blondes de Blonay-St-Légier dès le mois d’août.
Les TPF achemineront les têtes blondes de Blonay-St-Légier dès le mois d’août.
Adobe Stock
Ce sujet provient de la première édition du nouveau journal «Riviera Chablais Votre région».
Ce sujet provient de la première édition du nouveau journal «Riviera Chablais Votre région».

Un appel d’offres international pour véhiculer des écoliers de la Riviera? Cela semble presque surréaliste, d’autant plus que les dix communes sont propriétaires de la société de transports publics VMCV SA. C’est pourtant ce qu’ont fait les Municipalités de Blonay et St-Légier, assistées par deux bureaux spécialisés.

Motif, l’arrivée à échéance du contrat de transports scolaires conclu avec VMCV il y a cinq ans. «Nous sommes tenus de publier un appel d’offres public pour ce type de service, à partir d’une certaine valeur de marché» (ndlr.: dès 250'000 frs), justifie Bernard Degex, municipal blonaysan en charge du dossier. Mais pourquoi international? «Le calcul se faisant sur quatre ans, le montant atteint environ 1,6 millions. Ce qui nous soumet aux dispositions des traités internationaux» (ndlr.: dès 350'000 frs).

Résultat: les TPF (Transports publics fribourgeois) ont «clairement remporté» ce marché face aux VMCV, à Car Postal et à HelvéCie, filiale suisse du groupe français RATP qui s’est notamment vu attribuer une part des transports scolaires de Lavaux, ainsi que du Jorat. Les bus scolaires viendront donc de Châtel-St-Denis, mais, précise le municipal, «l’entreprise cherche des solutions dans le périmètre de nos communes».

Zone grise

En 2015, Blonay et St-Légier avaient confié directement le marché aux VMCV. «Nous n’étions pas vraiment dans les règles», reconnaît Bernard Degex. Il faut dire que l’on se trouve «dans la zone grise des marchés publics, et la situation doit être analysée au cas par cas», souligne Patrick Vallat, expert en marchés publics (voir encadré).

En serait-il de même pour d’autres communes de la Riviera? A Vevey et La Tour-de-Peilz, le problème ne se pose pas, puisque les transports publics suffisent. Il en va autrement pour les communes du cercle de Corsier, où des transports scolaires spécifiques ont dû être mis en place, en plus des bus de ligne. Montant annuel budgeté: 268'000 frs pour les «bus blancs» des VMCV, et 172'000 frs pour Car Postal. «Jusqu’ici, nous ne nous sommes jamais posé la question. Mais étant donné cette zone grise, il faut que nous investiguions davantage», reconnaît Patrick Michaux, président de la Commission des transports de cette association scolaire.

Impact négligeable

Du côté des VMCV, si certains s’inquiètent de l’impact de cette perte des transports scolaires, la directrice Angela Schlegel relativise: «Il est vrai que c’est dommage, mais c’est la loi des marchés publics. Nous ne pouvions pas concurrencer les TPF au niveau des prix. Et les transports scolaires sont une activité accessoire des VMCV, non subventionnée par les communes. Financièrement, cela ne change donc rien.» Quid des chauffeurs concernés? «Ils seront réattribués sur d’autres lignes. Nous devrons même engager du personnel, comme l’offre en transport régional voyageur va bientôt s’étoffer entre Vevey-Châtel-St-Denis.» En 2022, la cadence y sera doublée et une ligne supplémentaire sera créée.

3 commentaires
    Niko

    Une preuve de plus que les VMCV sont mails gérés et trop chers. Surtout quand la directrice répond que cela n’est pas grave car ce n’est pas une partie subventionnée...