Passer au contenu principal

Projet d’immeuble refusé à LausanneLes élus de la droite s’inquiètent de la satisfaction du syndic

Après que Grégoire Junod a salué de manière inattendue un désaveu du Tribunal fédéral sur un permis de construire octroyé par la Municipalité à La Sallaz, les élus le mettent sur le gril.

Pour l’instant, les deux immeubles des années 30 ne sont pas démolis mais protégés contre les intrusions. La droite du Conseil redoute que cette situation ne perdure, au détriment de l’esthétique de la place de la Sallaz.
Pour l’instant, les deux immeubles des années 30 ne sont pas démolis mais protégés contre les intrusions. La droite du Conseil redoute que cette situation ne perdure, au détriment de l’esthétique de la place de la Sallaz.
Odile Meylan/A

Le Conseil communal de Lausanne s’est offert un riche débat d’urbanisme ce mardi soir après une réaction jugée curieuse de Grégoire Junod, relayée dans nos éditions en décembre. La Ville a en effet été désavouée par le Tribunal fédéral sur un projet d’immeuble à la Sallaz pour lequel elle avait accordé un permis de construire. À l’annonce de cette décision, le syndic avait semblé plutôt soulagé, faisant valoir que le projet était «quand même très imposant».

Le plus piquant est que, dans ses considérants, la Haute Cour reproche à la Municipalité d’avoir autorisé un projet qui ne comprend pas assez d’espaces verts, ni de place de jeu et encore moins de plantation d’essences majeures (grands arbres). Et ce dans des proportions massives. Un comble pour une ville qui promet de lutter contre le réchauffement et communique régulièrement sur la qualité de vie qu’elle entend créer au cœur de la cité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.